Mashup Worthy Park – Rhum Single Cask

Mashup Worthy Park – Rhum Single Cask


Sans être irrespectueux, Worthy Park se sent toujours comme un rhum que presque tout le monde aime mais que personne n’attendait. Une combinaison étrange en effet, c’est pourquoi nous faisons ces séances complètement au hasard à chaque fois : elles s’intègrent toujours, mais rarement personne ne remarquerait si elles manquaient. Je pense que vous comprenez l’idée. De plus, l’écart en termes de qualité est tout simplement énorme. Encore une fois : j’aime bien la distillerie et ses rhums, ils font un excellent travail, il me manque juste cet « effet wow » la plupart du temps et je pense qu’il y a trop d’embouteillages de qualité inférieure ces jours-ci. Cela dit, commençons par une paire d’OB !

Worthy Park Porto Cask 2010 10 ans (45%) : Worthy Park and Port est juste un très bon match, je pense. Il s’agit d’une finition de Porto de deux ans, ou d’une seconde maturation si vous le souhaitez. Nez : Pommes mûres, poires, prunes et jus de prunes, cannelle, cuir, chocolat au lait, banane, un mélange de notes herbacées et de naphta frais. C’est exactement ce que vous attendez, mais encore une fois, cela fonctionne. Ne changez jamais une équipe gagnante, disaient-ils, et j’espère qu’ils ne le feront pas. Bouche : Chocolat, prunes, cannelle et pommes sont mes premières impressions, rapidement suivies par la banane verte. Puis du chêne, du cuir, un peu de cire, de la vanille amère et encore du chocolat. C’est très simple et suit le schéma traditionnel mais on pourrait simplement se répéter : ne change jamais de… ok, j’arrête. Finale : Relativement courte, malheureusement. La banane, les prunes et un mélange composé de cerises, de prunes et de baies noires disparaissent trop rapidement. Ne changez jamais un… Merde. (84/100)

Worthy Park Madeira Cask 2010 10 ans (45%) : Nous ne l’avons pas mentionné mais avec le fût de Porto, la réduction n’a pas posé de problème en termes de saveurs ou de texture, mais elle a créé une certaine netteté, aussi étrange que cela puisse paraître. Voyons celui-ci. Nez : Pas aussi intense et savoureux que le fût de Porto. En règle générale, ces fûts de Madère sont beaucoup plus dans votre visage, mais ce n’est clairement pas le cas ici. Les prunes, les raisins, la framboise, la banane, le chocolat au lait et la poudre de paprika fumé sont mes principales associations, mais je dois dire que tout cela semble un peu interchangeable. Bouche : Assez piquante, bien plus que le Port Cask. Cela commence par du paprika fumé, de la banane, de la semoule, une bouffée de réglisse et de caoutchouc salé. Je sais, ça n’a pas l’air trop mal, mais c’est en fait plutôt bizarre. Je suppose que nous ne sommes tout simplement pas de grands fans de ces fûts de Madère… Finale : Courte à moyennement longue avec de la réglisse salée, un peu de goudron, de pomme, de plâtre et de chêne mentholé. Je ne sais vraiment pas ce qui s’est passé ici, mais ce n’est tout simplement pas ma tasse de thé. (77/100)

Valinch & Mallet Sainte Catherine (Worthy Park) 2007 12 ans (56,6%) : En fait, cela fait un moment que nous n’avons pas eu Worthy Park, mais si je me souviens bien, 2007 a été aléatoire. Et ces rhums s’améliorent encore et encore avec l’âge. Alors, à quoi devons-nous nous attendre ? Franchement, je ne sais pas. Nez : Crémeux et plutôt herbacé avec de l’aneth, du persil et de l’origan. Que du chocolat au lait, du cumin, des chips de banane, du bois fraîchement coupé et du thé Oolong. Assez atypique si vous voulez mon avis, mais il faut y goûter pour en savoir plus. Bouche : Un mélange entre ces notes plutôt inhabituelles du nez et ce que nous avons gardé dans nos esprits en tant que Worthy Park. La banane et les herbes sont standard, mais ces associations Oolong ne le sont clairement pas. De plus, la banane est loin d’être aussi prononcée que dans la plupart des autres parcs dignes – si c’est bon ou mauvais, c’est à vous de décider, je suppose. A côté de cela encore du bois frais, associé à des notes plus végétales, presque aussi étranges que le thé. Tout à fait bizarre, et même si ce n’est pas terrible, je dois dire que je ne suis pas vraiment fan non plus. Finale : Relativement longue sur les herbes et les notes végétales mais elle n’apporte rien de nouveau. C’est une nouvelle facette d’un profil de distillerie qui est devenu plutôt unidimensionnel si vous me demandez, mais l’inconvénient est que ce n’est tout simplement pas ce que j’attendais. (77/100)

The Wild Parrot St. Catherine (Worthy Park) 2006 13 ans (55,4%) : Jusqu’à présent, 2006 semblait être mon millésime préféré de Worthy Park à ce jour, mais nous devons admettre que nous avons un peu perdu la trace des millésimes plus récents. Nez : Assez intéressant en fait car on retrouve toutes sortes de notes différentes allant des herbes (thym, origan) à la colle et aux fruits (banane, mangue) au bois et aux épices (anis, clou de girofle). Plus tard on retrouve aussi du chocolat au lait et des notes plus proches de la menthe et d’After Eight. Dans l’ensemble, cela semble être un profil très classique, mais il est très bien équilibré entre ces camps de saveurs. Bouche : Maintenant, les choses penchent un peu plus vers le côté chocolat au lait. Le rhum est relativement doux dans un sens, mais aussi assez sec avec de nombreuses couches supplémentaires du fût. Banane flambée, caramel salé et avec la troisième gorgée également un très grand ensemble d’herbes, sont d’autres impressions. J’aime beaucoup ça, pas parce que c’est spécial dans un sens particulier (c’est-à-dire que ce n’est pas ultra excitant) mais parce que ça fait tout bien. Finale : Un mélange de chocolat, d’herbes et de bois. On trouve également de la vanille, de la tonka et de la banane mûre. L’un des meilleurs parcs dignes que nous ayons eu de mémoire récente. (87/100)

SBS Jamaïque (Worthy Park) 2004 (2005!) 13 ans (58,7%) : L’étiquette indique 2004 mais comme vous le savez peut-être, Worthy Park vient de reprendre la distillation en 2005, le millésime qui devrait en fait se trouver ici. Nez : Pas aussi fort sur la banane que j’ai le lot en tête. C’est là bien sûr, même l’acteur principal ici, mais il fait aussi de la place à d’autres notes comme le kérosène, le chocolat au lait, le thym, une pointe de jambon fumé au miel et clairement aussi un mélange de céréales. Pas mal, mais à ce stade, ce profil semble si redondant et interchangeable, qu’il soit bon ou mauvais. Bouche : Banane flambée, un peu de miel, le mélange d’herbes du nez, aussi le jambon, le bois et maintenant aussi les grains. Le profil de saveur essaie apparemment de copier les parfums du nez, ce qui n’est cependant pas du tout un problème. Le seul problème que j’ai ici, et c’est quelque chose de très personnel, c’est que je me suis assez ennuyé de ce profil, comme indiqué ci-dessus. Cela ne signifie pas pour autant que ce n’est pas un bon rhum. À la troisième gorgée, j’obtiens également quelques éléments plus sucrés, presque sirupeux, qui me rappellent les cerises, que j’aime beaucoup. Agréable! Finale : Le bois, les herbes et le chocolat au lait restent un peu, mais deviennent frais et mentholés après quelques secondes. Un bon Rhum. Je me demande ce que ce sera comme à 20+ ans. (84/100)

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.