Plus d'informations du président - Single Cask Rum

Plus d’informations du président – Single Cask Rum


Comme le titre l’indique, nous couvrirons aujourd’hui Sainte-Lucie avec leur ligne de réserve du président sélectionnée par quiconque. Nous aimons ces sessions car les distillateurs de Sainte-Lucie déçoivent rarement.

Chairman’s Reserve 2012 8YO « Salon du Rhum » (46%) : 50% JD I, 50% colonne encore. Nez : Assez aromatique et herbacé, même si la dilution est clairement perceptible. Puis banane, miel, chêne, poivre, pandan et une pointe de citronnelle. Jusqu’ici, tout va bien – même si ça se perd un peu entre les autres grands barils de Sainte-Lucie. Au bout d’un moment aussi poire. Bouche : Même à 46%, celle-ci est un peu piquante. Je ne sais pas si c’est l’âge relativement jeune, la colonne encore ou autre chose. En parlant de cela, l’élément alambic en pot est clairement dominant ici. Nous obtenons différentes herbes, chocolat au lait, chêne, banane verte et Rooibos. Rien d’extraordinaire, mais des trucs totalement solides. Venant d’une distillerie de niveau 1, cela signifie qu’il s’agit toujours d’un rhum bon à très bon. Finale : La menthe et le menthol, le chêne et la banane verte restent plus longtemps que vous ne le pensez. Une bonne entrée. (83/100)

Chairman’s Reserve 2011 8YO « Gall & Gall » (46%) : 100% colonne toujours pour celle-ci, mais rappelez-vous qu’il s’agit d’une colonne traditionnelle avec des fermentations longues. Nez : Je ne sais pas quoi en faire au début et plus j’y pense, plus cela se rapproche d’un bourbon doux et moelleux. On retrouve du caramel, du chêne, de la vanille, quelques épices, des pommes et des raisins verts mais pas beaucoup plus. Bouche : Très similaire au nez et légèrement plus alcoolisée que prévu. Ce n’est pas mal, mais pas la qualité de Sainte-Lucie à laquelle nous sommes habitués. Le « pire », c’est que nous savons que la colonne de Sainte-Lucie peut faire mieux que ça ! Finale : Courte et aussi rapidement folle qu’elle s’évanouit du palais. Au niveau des saveurs, nous sommes toujours dans les mêmes camps que nous avons mentionnés ci-dessus. C’est buvable, mais ce ne sera pas mon préféré. (78/100)

Chairman’s Reserve 2011 8YO « The Whisky Exchange » (46%) : Un autre mélange 50/50 entre JD I et la colonne toujours à 46% de force de boisson. Nez : Très aromatique et intense, sans comparaison avec les deux Rhums précédents. Un mélange d’herbes rencontre la banane, la canne à sucre fraîche, le caramel, le miel, la vanille et le chêne. Cela semble être le profil standard pour ce mélange particulier, je suppose. Bouche : On continue dans la même tradition, à savoir les herbes, la vanille, la banane, la canne à sucre et ici aussi les agrumes. J’aime bien celui-ci, c’est un peu mieux que l’embouteillage du Salon du Rhum. Bien que le profil soit incroyablement similaire, il fait un bien meilleur travail dans pratiquement tout. Finale : Les herbes restent presque éternellement, la combinaison de chêne, de vanille, de banane et de poivre un peu plus courte que cela. C’est une boisson très agréable et détendue. Un de ces rhums que vous pouvez déguster sans y prêter attention, mais qui vous récompense si vous le faites. (85/100)

Réserve du Président 2011 9YO « Evanius Harris » (56%) : Et enfin nous avons encore le Vendôme. De plus, c’est le choix d’Evanius Harris, le maître mélangeur de Saint Lucia Distillers, donc ça doit être bon, non !? Nez : Tout droit, c’est Vendom. C’est juste un style absolument unique, même si c’est incontestablement Sainte-Lucie en même temps. Les poires, le caoutchouc, la colle, l’huile d’olive, le chêne et la vanille font le début, mais ils sont rapidement suivis par les herbes, la mangue, le sirop de canne à sucre et le beurre chaud. C’est incroyablement bon et l’un de mes deux profils préférés produits par la distillerie. Bouche : Banane, caoutchouc, herbes, canne, chêne, piment de la Jamaïque, chocolat au lait, amandes chaudes au beurre, olives vertes et vanille légèrement amère ne sont que les impressions les plus évidentes que j’obtiens de ce profil complexe. Il se passe tellement de choses ici, mais tout s’harmonise comme si les notes individuelles avaient été soigneusement assemblées pour faire le mélange parfait. Néanmoins, c’est nettement énervé. Bref : j’adore ! Finale : Longue, douce (canne à sucre, miel, banane mûre) et légèrement amère avec du bois et de la vanille. Ici et là, les herbes réapparaissent. C’est un rhum exceptionnel avec un profil de saveur magnifique et une maturité qui frappe exactement le sweet spot si vous me demandez. Bien que ce ne soit pas nouveau pour nous, je suis toujours étonné de voir comment un tel résultat peut être atteint après « seulement » neuf ans sous les tropiques. (92/100)

Chairman’s Reserve 2011 9YO « Rum Artesanal & Rum Tasting Notes » (59,8%) : Rum Tasting Notes est maintenant RumX et Rum Artensanal ne ressemble plus à l’entreprise qu’elle était sans Dominik, mais bon, c’est «notre» choix! Notez que personnellement, je n’ai pas choisi le canon, donc je pense que nous pouvons marquer cela sans risquer d’être victime de graves préjugés. Avant d’oublier, c’est un mélange de John Dore I et de Vendome. Nez : Un peu sucré avec de la banane, du miel, de la canne à sucre, de la vanille et du chêne. Assez simple, et sans beaucoup de ces notes herbacées typiques, ou les impressions caoutchouteuses que nous obtenons parfois avec Vendôme. Bouche : Très savoureuse mais en comparaison directe pas aussi complexe que quelques autres rhums apparentés. Le boisé est déjà présent et le fût a laissé pas mal de vanille. À côté de cela, nous obtenons du miel, des herbes (origan, thym et même de la sauge), de la banane mûre, un tout petit peu de thé noir avec du jus de citron et de la canne à sucre à nouveau. Finition : Les choses commencent à devenir un peu plus intéressantes tout d’un coup alors que le spectre des herbes s’élargit pour inclure beaucoup, beaucoup plus que les arômes susmentionnés. En plus de cela, nous obtenons du chocolat blanc, des noix de coco, de la vanille et du bois. Un très bon rhum, mais pas très spectaculaire, qui s’est avéré être une gorgée simple. (87/100)

Chairman’s Reserve 2009 11YO « Pays-Bas » (46%) : 100% Coffey encore et 46%. Cela ressemble à une boisson facile, mais avec St. Lucia Distillers, cela pourrait encore être quelque chose d’intéressant. Nez : Une colonne toujours bien faite peut être une chose de beauté et cela semble être plutôt agréable. Nous obtenons de la menthe, de la brosse à dents, du sucre, des agrumes, clairement du chêne et de la vanille, de la colle, des pruneaux et de la barbe à papa non sucrée. C’est étonnamment bon ! Bouche : Pas trop fine mais légèrement piquante, du fait de la dilution qui l’est. Côté saveurs, on obtient un mélange d’herbes, de sucre, pas mal de bois, de caramel, une amertume relativement forte (pensez à l’écorce d’orange), quelques épices ici et là mais pas beaucoup plus. C’est très bien, car la maturité est très élevée. Finale : Boisé, épices (vanille amère) et une pointe de rince-bouche. Le nez était très bon, la bouche « juste » bonne. Encore bien mieux que ce que nous pensions que ce serait et bien mieux que la mise en bouteille «Gall & Gall». Je suppose que la colonne St. Lucian Rums peut encore livrer après tout. (82/100)

Comme vous l’avez peut-être remarqué, les Rhums précédents ont tous été distillés entre 2009 et 2012. Terminons la séance avec un 2005 et un du siècle dernier.

Chairman’s Reserve 2005 15YO « Grape of the Art & RumX » (61,5%) : Si vous suivez le blog, vous saurez maintenant que les deux, Grape of the Art et RumX font partie de notre environnement plus proche, mais juste pour mémoire, nous n’avons rien à voir avec cette mise en bouteille. Ce que vous avez peut-être également remarqué, c’est que RumX a maintenant participé à deux sélections de barils de réserve du président, les notes de dégustation de rhum embouteillées avec Rum Artesanal ci-dessus et maintenant celle-ci, sous le nouveau nom. Et avant d’oublier, c’est aussi un mélange de JD I et de Vendôme. Nez : Un changement bienvenu car cela a beaucoup plus d’épices que tous les autres rhums de la session. De plus, il y a cette note contenant du sulfate et je ne sais pas si elle appartient ici ou non. Puis les herbes, le chêne, le caoutchouc frais, la banane, la goyave, la papaye et le vieux caoutchouc. Il sait sûrement comment nous divertir ! Bouche : Assez différente du nez et un peu plus fine dans l’ensemble, avec un accent plus prononcé sur les notes fruitées, notamment la goyave, la papaye et les agrumes. Juste après, nous obtenons du jus de canne frais, différentes herbes, du chêne, de la vanille et d’autres épices (cannelle !) ainsi que différentes notes liées au caramel. Je pense que c’est très bien, même si c’est un profil qui demande un certain temps d’adaptation. Finale : Longue avec ces esters, banane, agrumes, chêne, herbes et épices. Ouais, il se passe tellement de choses ici, c’est fou ! Facilement l’un des meilleurs présidents à ce jour ! (89/100)

Chairman’s Reserve 1999 21YO « Rum Exchange » (67,1%) : Le bon vieux JD I. Il y avait quelques étonnants rhums de Sainte-Lucie qui ont été distillés en 1999 par celui-ci. Ce sont les embouteillages qui ont mis Saint Lucia Distillers sur la carte pour la plupart d’entre nous, je suppose. Je me demande si c’est fondamentalement le même genre de rhum mais j’en doute en fait. Nez : Ah ! Il y a pas mal de colle ici. À côté de cela beaucoup de menthe, de la canne à sucre, de la banane, du miel, de plus en plus d’herbes, de la réglisse salée peut-être, de l’ananas, de la goyave et ainsi de suite. Après près d’une heure, la colle a presque disparu et le nez est maintenant façonné par les fruits tropicaux. Je suis totalement dedans ! Palais : Que se passe-t-il maintenant ? Il ne reste pas grand-chose du nez, du moins pas à la première gorgée. Au lieu de cela, vous remarquerez la dominance du fût maintenant, avec ses notes boisées, épicées et malheureusement aussi amères. Cela aurait dû être mis en bouteille beaucoup plus tôt si vous me demandez. En ce qui concerne les saveurs, nous obtenons du miel, de la banane, des amandes, des herbes, du chêne, plus d’épices que dans n’importe quelle autre Sainte-Lucie, je pense, et du thé noir rassis. Cela me rappelle un peu ces Guyanes et Jamaïcains super matures, d’âge tropical, c’est-à-dire ceux qui sont célébrés par certains et méprisés par d’autres en raison de leur extrême amertume. Ici ce n’est pas si mal, mais au-delà de ce qui m’est agréable. Finale : Ouais, ces notes amères, associées au chêne, à la menthe et au menthol, aux herbes et aux épices. Je suis sûr qu’il aura ses fans, mais pour ce genre de spiritueux on a plutôt recours au Yak. (84/100)

Maintenant, continuons à accumuler de nouvelles réserves du président pour le prochain tour !

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.