Six choses sur l’industrie française du rhum

Six choses sur l’industrie française du rhum

Quand il s’agit de rhum français, la prise de conscience de la plupart des passionnés commence et s’arrête avec le fait que la Martinique et la Guadeloupe fabriquent des rhums à partir de jus de canne à sucre. Creusez un peu plus, cependant, et vous trouverez une histoire beaucoup plus complexe, inconnue mais de peu de personnes. Dans ce qui suit, je présenterai une perspective beaucoup plus détaillée sur l’industrie du rhum en France, qui comprend quelques surprises, même pour de nombreux experts en rhum.

Remarque : alors que les Français l’appellent rhum , la version anglaise de ce mot est rhum . Comme il s’agit d’un article en anglais, j’utiliserai du rhum .

Fond

La plupart des fabricants de rhum des Caraïbes et d’Amérique latine se trouvent dans des États indépendants comme la Jamaïque, la Barbade, le Panama et le Venezuela. Cependant, la Martinique, la Guadeloupe [i] , et la Guyane (alias Guyane française), produisent également des quantités substantielles de rhum, pourtant ce sont des régions de France. Légalement, elles ne sont pas différentes des régions de France, par exemple Paris, la Normandie ou la Bourgogne. Cela ressemble à la façon dont Hawaï est un membre à part entière des États-Unis, bien qu’il se trouve à plusieurs milliers de kilomètres du continent américain.

De plus, la Réunion, une île française de l’océan Indien, produit également du rhum à grande échelle, mais passe sous le radar de la plupart des buveurs de rhum occasionnels.

Plus précisément, la Martinique, la Guadeloupe, la Guyane et la Réunion sont des départements français , égaux en tout point aux 96 départements de France métropolitaine. Dans le jargon juridique français, ces départements d’ outre – mer sont collectivement appelés les départements d’Outre-mer , en abrégé DOM.

En tant que départements français, la Martinique, la Guadeloupe, la Guyane et la Réunion sont soumises à des réglementations nationales et au contrôle de leurs industries sucrières et rhumières. Naturellement, une grande partie de ce qui s’applique à un ministère s’applique également aux autres.

1) Jus de canne contre Rhums à la mélasse

Broyage de canne à sucre en Martinique
Broyage de canne à sucre en Martinique

Dans le monde du rhum, les Caraïbes françaises sont célèbres pour leur rhum au jus de canne – rhum agricole en français. Les rhums agricoles de Martinique et de Guadeloupe se taillent la part du lion pour le rhum de fabrication française. Cependant, les rhums au jus de canne n’ont pas supplanté les rhums à la mélasse dans la mesure où vous pourriez le deviner. En effet, la France fabrique plus de rhum à base de mélasse que de rhum agricole, ce qui peut surprendre certains.

Terminologie agricole/industrielle/traditionnelle

Le terme français pour les rhums de jus de canne est agricole – agricole en anglais. Les rhums à base de mélasse sont souvent appelés industriels ( Industrial en anglais.)

Les textes français font alternativement référence au rhum à la mélasse en utilisant le terme sucrerie. Dans ce contexte, il s’agit du rhum de sucrerie, c’est-à-dire à base de mélasse. Malheureusement, une autre traduction en anglais pour sucrerie est bonbon ou bonbons. Google Translate semble préférer ce dernier sens, de sorte que les documents français traduits en anglais se réfèrent de manière confuse à «candy rum» ou similaire. Cela ne veut pas dire rhum sucré. Au lieu de cela, cela signifie du rhum qui pourrait provenir d’une usine de sucre, c’est-à-dire du rhum à la mélasse.

Avec agricole et industriel définis, nous passons à un troisième terme d’usage courant, que beaucoup de gens comprennent mal : rhum traditionnel .

Dans un contexte juridique français, le rhum traditionnel désigne à la fois le jus de canne et les rhums à la mélasse des départements français. Malheureusement, de nombreuses descriptions du rhum français prétendent que traditionnel se réfère exclusivement au rhum à la mélasse, fondamentalement un synonyme de industriel. Cependant, la France et l’Union européenne ne différencient pas s’il était fabriqué à partir de jus de canne ou de mélasse dans la plupart des contextes.

La preuve de ce point se trouve dans le décret français de 2018 définissant les quotas pour ses territoires et utilise les termes Traditionnel agricole et Traditionnel de sucrerie .

La version anglaise du règlement (UE) 2019/787 stipule :

Dans le cas des indications géographiques enregistrées au titre du présent règlement, la dénomination légale du rhum peut être complétée par:

  • le terme « traditionnel » ou « tradicional », à condition que le rhum en question :
  • a été obtenu par distillation à moins de 90 % vol., après fermentation alcoolique de matières alcooliques provenant exclusivement du lieu de production considéré, et
  • a une teneur en substances volatiles égale ou supérieure à 225 grammes par hectolitre de 100 % vol. l’alcool et
  • n’est pas sucré;

ii) le terme «agricole», à condition que le rhum en question soit conforme aux exigences du point i) et ait été produit exclusivement par distillation après fermentation alcoolique de jus de canne à sucre. Le terme « agricole » ne peut être utilisé que dans le cas d’une indication géographique d’un département français d’outre-mer ou de la région autonome de Madère.

Pour résumer brièvement ce qui précède, le rhum traditionnel doit :

  • Être obtenu des matériaux dérivés de la canne à sucre exclusivement à partir du lieu de production
  • Distillé à moins de 90 pour cent ABV
  • Avoir des substances volatiles d’au moins 225 gr/hlAA.
  • Ne pas être sucré

Il est important de noter que les deux exigences du milieu (force de distillation et teneur minimale en volatiles) différencient clairement le rhum traditionnel des rhums « légers » distillés jusqu’à une quasi-neutralité à une force plus élevée.

2) Le marché du rhum français – Qui fait quoi ?

Réunion

On dit souvent que la transition française vers le rhum agricole a commencé dans les années 1880 lorsque les planteurs de la Martinique ont trouvé qu’il n’était pas rentable d’exporter leur sucre. Par conséquent, ils ont commencé à fabriquer du rhum directement à partir de jus de canne. Bien que cela soit vrai, cela sous-estime le temps qu’il a fallu au rhum agricole pour dépasser le rhum à la mélasse à la Martinique. Et en Guadeloupe, le rhum mélasse détient toujours une légère avance sur l’agricole.

Alors que l’agriculture est ce qui vient à l’esprit pour la plupart des gens quand ils pensent au rhum français, la réalité est qu’à l’exception de la Martinique, les trois départements de fabrication de rhum à grande échelle en France penchent vers le rhum à la mélasse. Ces données du gouvernement français de 2019 le montrent assez clairement : [ii]

Fabrication en 2019 Guadeloupe (LAA) Martinique (LAA) La Réunion (LAA)
Rhum Agricole 42 700 79 500 700
Rhum Industriel 44 500 10 500 131 300
Rhum agricole % 48,9% 88,3% 0,5%
Production totale de rhum 87 200 90 000 132 000

Remarque : Remarque : Le rapport n’inclut pas les données de la Guyane (Guyane française), probablement parce que sa production de rhum est minuscule.

En bref, La Réunion fabrique beaucoup plus de rhum que la Martinique ou la Guadeloupe, et 99,5 pour cent du rhum de La Réunion est à base de mélasse. La Martinique et la Guadeloupe produisent à peu près la même quantité de rhum. Mais alors que la Martinique s’oriente fortement vers le rhum agricole, la Guadeloupe produit des quantités à peu près égales de rhum agricole et de mélasse.

Il convient de noter que, bien que la plupart du rhum agricole soit utilisé dans des produits de marque de distillerie haut de gamme, une quantité substantielle de rhum à la mélasse est vendue sous forme de rhum en vrac ou dans des mélanges comme le rhum de marque Bardinet.

3) Quotas et subventions

Quelques puissances mondiales comme la France, le Royaume-Uni et les États-Unis ont cherché à aider leurs territoires anciens ou actuels en leur donnant des avantages économiques sur des marchés spécifiques, par exemple l’Union européenne. Dans le cas de la France, elle bénéficie depuis longtemps d’un taux réduit de droits d’accise sur le rhum en provenance de ses départements d’outre-mer. Ce qui suit dans cette section est un aperçu très simplifié d’un sujet très complexe.

La France fait partie de l’UE et l’UE impose un droit d’accise fixe pour chaque litre de spiritueux (y compris le rhum) fabriqué ou importé dans un pays de l’Union européenne. Cependant, avec l’approbation de l’UE, la France peut appliquer un taux d’accise inférieur sur une partie du rhum fabriqué dans ses territoires d’outre-mer et vendu sur le marché français. Cela signifie une facture fiscale moins élevée pour les fabricants de rhum français, leur donnant un avantage de prix sur le marché français par rapport aux rhums non français, qui ne bénéficient pas d’allégements fiscaux.

Toutefois, les réductions d’impôt dont bénéficient les producteurs français d’outre-mer sont soumises à des quotas et au respect des dispositions prévues par leurs indications géographiques et définition du « Rhum traditionnel ». C’est-à-dire que seule une quantité prédéfinie de leurs exportations bénéficie d’un taux de taxe d’accise inférieur. Tout ce qu’un producteur de rhum exporte vers l’UE au-delà de sa limite de quota paie le plein taux de taxe d’accise. La France métropolitaine étant le premier importateur de rhum français d’outre-mer, les quotas sont très importants pour leurs rhumiers.

Depuis 1995, l’Union européenne a décrété une limite supérieure à la quantité de rhum des départements français d’outre-mer bénéficiant du taux d’accise inférieur. Toutes les quelques années, le quota peut être ajusté. Actuellement, il est fixé à 153 000 hectolitres d’alcool pur (HAP). Cela représente 15,3 millions de litres d’alcool à 95% ABV. S’il devait être dilué à 40% ABV pour une mise en bouteille de 700 ml, il remplirait environ 52 millions de bouteilles.

Pour bénéficier du taux d’imposition inférieur, le rhum doit répondre à des exigences minimales en matière de force et de substances volatiles ; ce sont les mêmes niveaux détaillés dans leurs indications géographiques.

Chaque département a sa propre part du quota global de l’UE. Par exemple, la Martinique détient actuellement environ 45 % du quota global de 153 000 HAP (~68 800 HAP), tandis que la Guadeloupe en détient 35 % (53 500 HAP). Chaque département subdivise en outre son quota d’attribution entre ses fabricants de rhum en proportion très approximative de leur contribution globale à la production de leur territoire.

En 2018, de nouvelles valeurs de quotas ont été fixées pour l’ensemble des départements français d’outre-mer. [iii] Les quotas des distilleries agricoles de la Martinique ont été répartis comme suit :

Distillerie Marque Quota 2018 (HAP) % du quota agricole
Saint James Saint James 14 716,85 27,9%
Dépaz Dépaz 14 019,52 26,6%
BBS (Bellonie et Bourdillon) La Mauny 11 576,84 21,9%
Simon Simon 8 674,20 16,4%
H. Crassous (SCA) JM 2.539.52 4,8%
Neisson Neisson 666.67 1,3%
Dormoy La Favori 495,5 0,9%
Rex A1710 100 0,2%

Le quota pour Le Galion, seul fabricant de rhum à la mélasse de Martinique :

Distillerie Marque Quota 2018 (HAP) % du quota de mélasse
SAEM Le Galion 11 327,78 100,0%

Les producteurs agricoles guadeloupéens ont les quotas suivants :

Distillerie Marque Quota 2018 (HAP) % du quota agricole
Bellevue Moule Damoiseau 4843.75 28%
Bellevue MG Domaine de Bellevue 3784.27 22%
Bologne Bologne 2824.26 17%
Montebello Montebello 1265,94 7%
Bellevue Ste Rose Reimonenq  1103.18 6%
Séverin Séverin 834,92 5%
Bielle Bielle 783.68 5%
Espérance Capesterre Longuteau, Karukera 783.68 5%
Poisson  Père Labat  783.68 5%

La Guadeloupe dispose de trois quotas pour le rhum mélasse, représentant 67 pour cent du quota combiné de la Guadeloupe :

Distillerie Marque Quota 2018 (HAP) % du quota de mélasse
SRMG 7058 20%
Gardel [iv] 7533.62 22%
SIS (Distillerie Bonne Mère) Darboussier / Ducarbet 19931.14 58%

La Réunion a trois quotas pour le rhum mélasse :

Distillerie Marque Quota 2018 (HAP) % du quota global
ISAUTIER Isautier 3174.19 11,6%
SAVANE Savane 7404.03 27%
RIVIERE DU MAT Rivières du Mât 16774.78 61,3%

Alors que les quotas pour chaque producteur donnent une idée très grossière de la production relative de chaque distillerie, ils ne doivent pas être invoqués pour des comparaisons détaillées de la production ou de la capacité de production. Tout d’abord, les distilleries peuvent produire plus de rhum que leur quota ne le spécifie. (Cependant, tout ce qu’ils exportent vers l’UE au-delà du quota est soumis au taux d’imposition normal.) En outre, il convient de noter que certains rhums français sont exportés en dehors de l’UE.

Au sein d’un département, les distilleries faisant partie d’un même groupement d’intérêt économique peuvent redistribuer leur quota entre les membres. Par exemple, Saint James et Depaz appartiennent à la même société mais ont deux quotas, un pour chaque distillerie. Ainsi, la société qui les détient a la possibilité de réaffecter une partie du quota d’une distillerie à l’autre.

Les quotas par département font également l’objet d’un intense lobbying et de luttes intestines. Chaque département recherche naturellement la plus grosse part du « gâteau » global réparti par les décideurs du CIRT-DOM. Ces dernières années, la Guadeloupe a fait valoir que la Martinique reçoit une part disproportionnée de l’allocation globale des quotas. Les producteurs martiniquais ne sont pas d’accord, naturellement.

4) Réglementation – AOC et IG

Bien que l’appellation d’origine contrôlée (AOC) de la Martinique pour le rhum soit sans doute la réglementation du rhum la plus connue, tous les départements français de fabrication de rhum d’outre-mer ont des indications géographiques internationalement reconnues.

L’Union européenne a trois niveaux différents d’ indication géographique . Une Appellation d’Origine Protégée (AOP) est la plus restrictive et la plus difficile à obtenir. Un niveau plus bas est l’Indication Géographique Protégée (IGP).

L’AOC de la Martinique est une AOP, donc au top. Cependant, la Martinique a également une IGP distincte pour son rhum à base de mélasse fabriqué à la distillerie Le Galion ( Rhum de la sucrerie de la Baie de Galion )

La Guadeloupe dispose d’une IGP ( Rhum de Guadeloupe ), moins contraignante, permettant à la fois des rhums de mélasse et de jus de canne, et une gamme plus large d’appareils de distillation. La Guyane a également une IGP pour son rhum ( Rhum de la Guyane ), tout comme La Réunion ( Rhum de La Réunion ).

Au total, la France compte sept indications géographiques du rhum :

5) Organisations et agences de régulation

Logo CODERUM

Les Français ne sont pas étrangers à la réglementation et aux organismes de réglementation. Il est utile d’en connaître certains pour mieux comprendre l’industrie du rhum des Caraïbes françaises, alors passons en revue.

Au niveau local, le CODERUM (Comité Martiniquais d’organisation et de défense du marché du rhum) représente les producteurs locaux de rhum de Martinique.

La Martinique dispose également du SDAORAM (Syndicat de Défense de l’Appellation d’Origine « Rhum Agricole Martinique ») qui regroupe les distilleries de rhum agricole et les producteurs de canne à sucre qui les approvisionnent. Sa création en 1992 était en partie motivée par le désir de pousser enfin l’AOC de l’île sur la ligne d’arrivée.

Il y aurait également un CODERUM en Guadeloupe, bien que des rapports indiquent que la plupart des producteurs de l’île appartiennent au SRIG (Syndicat des rhumiers indépendants de Guadeloupe).

Au niveau national, le CIRT-DOM ( Conseil interprofessionnel du rhum traditionnel des départements d’outre-mer ) supervise quatre filières de la filière rhum dans l’ensemble des départements français d’outre-mer : planteurs de canne, sucreries, rhumiers et négoce.

6) COFEPP (Compagnie Financière Européenne de Prises de Participation)

En ce qui concerne le rhum français, une entreprise domine le paysage : la Compagnie Financière Européenne de Prises de Participation, heureusement communément appelée COFEPP.

COFEPP est la deuxième entreprise française de spiritueux derrière Pernod-Ricard. Cependant, la plupart des gens le connaissent via les produits de ses filiales : Bardinet et La Martiniquaise. COFEPP est également actionnaire majoritaire de Marie-Brizard.

Les exploitations liées au rhum de COFEPP représentent le plus grand pourcentage de production de rhum en Martinique, Guadeloupe et La Réunion. En effet, lorsque COFEPP a proposé de racheter son concurrent Quartier Français Spiritueux en 2011, l’affaire a attiré l’attention de l’Autorité de la concurrence. [v] L’accord a finalement été approuvé, mais la COFEPP a été obligée de céder certains actifs, dont Bellonie Bourdillon Successeurs (BBS), la maison mère de la distillerie La Mauny en Martinique, désormais détenue par Campari.

En Martinique, COFEPP est propriétaire des distilleries Saint-James et Depaz , ainsi que certains aspects de la sucrerie et de la distillerie Le Galion .

En Guadeloupe, COFEPP possède trois distilleries. SIS. Bonne Mère et Sucrerie Rhumerie de Marie-Galante , les deux plus grandes distilleries du département, produisant toutes deux du rhum à la mélasse. La troisième distillerie est Bellevue Marie-Galante, une grande distillerie de rhum agricole. COFEPP est également actionnaire des deux sucreries guadeloupéennes.

A La Réunion, COFEPP possède Rivière du Mât , probablement la plus grande distillerie de rhum de France, et certainement la plus grande de La Réunion. Il est capable de produire environ 9 millions de LAA par an.

Le portefeuille de rhums de COFEPP comprend Saint-James, Depaz, Dillon, Bally, Bellevue, Rivière du Mât, Negrita, Old Nick et Galion. Il possède également Aguacana, une marque de cachaça. Le portefeuille hors rhum de la société comprend Cutty Sark, Glen Moray et de nombreuses autres marques de boissons alcoolisées.

Clause de non-responsabilité

Les informations ci-dessus ont été recueillies auprès d’une grande variété de sources. Dans la mesure du possible, il a été recoupé avec d’autres sources. Les documents officiels du gouvernement sont la principale source, dans la mesure du possible. Les données ont été revues par des experts français dans le domaine du rhum. Néanmoins, des erreurs peuvent exister. Veuillez me contacter si vous pensez que quelque chose est incorrect.


[i] L’île de Marie Galante fait légalement partie du département de la Guadeloupe.

[ii] François-Xavier Deniau, et al, Perspectives de la filière canne-sucre-rhum-énergie en outre-mer, Inspection générale des Finances, 2021

[iii] Arrêté du 13 juin 2018 portant répartition entre les distilleries du contingent d’exportation de rhum traditionnel et relatif à la gestion de ce contingent NOR : MOMS1803753A

[iv] Bien que Gardel ait un quota, il ne distille pas de rhum. Au lieu de cela, sa mélasse va à SIS pour la distillation.

[v] Décision n° 11-DCC-187 du 13 décembre 2011 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Quartier Français Spiritueux par la Compagnie Financière Européenne de Prise de Participation

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.