Appleton – Rhum Single Cask


Appleton est à l’ordre du jour et nous avons une programmation on ne peut plus diversifiée. Le nouveau 8 ans prend le départ.

Appleton 8 ans (embouteillé 2022, 43%) : Il s’agit d’un ajout récent à la gamme de base et il a remplacé le V/X si j’ai bien compris. Le V/X était un mélange de rhums de cinq et dix ans, je pense, celui-ci a au moins huit ans (ils le soulignent sur l’étiquette !). Nez : Très standard et direct, un peu ennuyeux mais certainement pas mauvais ! J’obtiens un mélange de noix, de caramel, de chêne, d’amer à l’orange et de cacao. Bouche : Assez sèche mais un peu plus fruitée que le nez ne le laissait supposer. Je reçois de la pomme sucrée, de l’ananas non mûr, de la banane, des noix à nouveau, des amers à l’orange et en effet pas mal de chêne. Plus tard une note qui s’installe quelque part entre la vanille amère et le miel ainsi que pas mal de toffee et de caramel à nouveau. C’est assez décent. Finale : De longueur moyenne avec des notes de noix, de chêne, de caramel, de miel et d’épices. C’est bien mieux que le V/X, c’est certain. Rien que je continuerais à siroter, mais un très bon matériau de mélange. (75/100)

Nous avons une paire de 12 ans récents, embouteillés à environ trois ans d’intervalle. Je suis curieux de savoir si nous pouvons détecter des différences. Ils existent en différents modèles, mais je ne pense pas qu’ils aient vraiment changé le mélange.

Appleton 12 ans (embouteillé 2022, 43%) : La nouvelle version. Nez : Assez semblable au profil du 8 ans mais résolument plus sec, avec plus de bois et d’épices, ce qui le rend plus élégant si vous voulez mon avis. Il nous manque cependant ce certain fruité que nous avons trouvé dans le 8 ans. Il vient avec un certain savon (je ne pense pas que ce soit un mot) mais il n’est en aucun cas aussi fort qu’avec l’ancienne version (voir ci-dessous). Il y a aussi une note légèrement fumée, que l’on retrouve aussi de manière plus légère dans le 8 ans mais pas vraiment dans le 12 ans plus ancien. Bouche : Les épices (poivre) et les fruits secs (banane, ananas) dessinent le profil. Ils sont soutenus par des noix et beaucoup de chêne. Dans un sens, le chêne enlève déjà un peu trop du distillat (trop de maturation soustractive) car il me manque quelques-unes des notes agréables que nous avons trouvées dans la mise en bouteille plus jeune. Avec la troisième gorgée de caramel, de vanille et de miel. Un peu trop doux si vous me demandez. Finale : Pas trop longue avec du chêne, de la vanille, quelques autres épices et les fruits secs du palais ici et là. Dans l’ensemble, je trouve cela légèrement plus agréable et buvable en comparaison directe (avec le 8 ans et l’ancien 12 ans), mais ce n’est tout simplement pas excitant à boire. De plus, je pense que c’est le mélangeur inférieur si vous me demandez. Le saut du 8 ans n’est tout simplement pas vraiment là. (76/100)

Appleton 12 ans (embouteillé 2019, 43%) : La version « ancienne récente ». Nez : Un peu savonneux ce qui me fait changer de verres mais non, cette note est toujours là. Derrière cela on retrouve un mélange d’épices et de fruits et plus poussiéreux, des notes antiques rappelant légèrement les vieux meubles. C’est très différent de la bouteille d’Appleton 12 que j’ai eue il y a une dizaine d’années, mais c’est naturel bien sûr. Dans l’ensemble, c’est un nez très fade et dénué de sens, mais solide. Bouche : Encore une fois ce mélange de fruits et d’épices, à un niveau d’ester un peu à moitié apprécié. J’aime le poivre que nous obtenons ici et les 43% ne sont pas du tout un gros problème, mais néanmoins ce rhum nous laisse dans l’apathie absolue. Souvent, c’est la condamnation à mort d’un rhum pour nous, mais en fin de compte, c’est toujours un produit décent, mais ce n’est pas ce qui nous excite ces jours-ci. Finale : Plutôt courte sans offrir de nouvelles notes. Il ressemble incroyablement à la nouvelle version et à l’aveugle, ce serait sûrement le même Rhum je pense. Je pense que tout a été dit. Mais oui, ces rhums font toujours un très bon Mai Tai, croyez-le ou non ! (76/100)

Donc pas de vrai gagnant ici. Que diriez-vous d’une version encore plus ancienne ?

Appleton 12 ans (~1980, 43%) : Je ne suis même pas sûr que cela remonte aux années 80. Il peut également s’agir de matériel des années 70 ou 90. Si quelqu’un sait quelque chose, merci de me le faire savoir. Nez : Miel, vanille, oranges mûres, citron et zeste de citron, bergamote peut-être, un peu de boisé… non c’est différent des versions contemporaines et franchement, bien mieux. Bouche : Miel, zeste d’orange et de citron, certainement clous de girofle, poivre, chêne, ail fermenté, herbes comme le thym ou la coriandre et quelques noix. Ce n’est pas bouleversant mais plutôt solide. Finale : De longueur moyenne avec du poivre, de la ciboulette, de la coriandre, du chêne et de l’orange. Même si nous détestons le dire, cette ancienne version de l’Appleton 12 ans bat facilement les versions plus récentes. Ils ont définitivement changé la formule ici. (79/100)

Passons aux millésimes ! Alambic pur.

Velier Appleton Estate 1995 25 ans (63%) : Nose : Alors c’est aussi Appleton ? Ouah! Bien que je n’appellerais pas nécessairement cela un rhum à haute teneur en esters, je n’ai jamais trouvé autant d’esters dans un Appleton auparavant. Il commence avec de la colle/solvant, passe au pamplemousse et à l’orange sanguine et culmine plus tard avec du chêne, du cacao et du tanin. Ici et là aussi quelques notes à base de plantes, mais cela revient toujours à l’épine dorsale décrite. Très bien! Bouche : Bien que je n’aie pas remarqué l’abv élevé au nez, l’alcool fait définitivement sentir sa présence en bouche. Par conséquent, nous ne pouvons pas capturer autant de notes que nous le souhaiterions. Vernis à bois, notes légèrement médicales dans le sens de l’iode, chocolat noir salé, oranges et beaucoup de bois sont mes principales impressions. En effet, le nez est bien plus impressionnant que la bouche légèrement amère mais c’est un sort que partagent beaucoup de ces Rhums. Finale : De longueur moyenne avec du cacao amer, du bois, des cacahuètes, du genévrier et encore une fois du zeste d’orange. Ce rhum a commencé incroyablement fort mais m’a rapidement perdu car prendre de plus grandes gorgées n’est pas du tout agréable. Mais ça vaut vraiment le coup d’essayer ! (86/100)

Velier Appleton Estate 1994 26 ans (60%) : Nez : Un profil un peu atypique. Si vous le savez, vous le reconnaîtrez certainement comme un Appleton, mais si vous ne le savez pas, cela pourrait être n’importe quoi. Ça sent un peu parfumé, mais pas naturel en même temps – c’est vraiment bizarre. Du miel, des oranges, du gingembre sucré, du bon chocolat, de la vanille, du chêne, du caramel, une bouffée de tabac, du thym… il y a énormément de couches dans celle-ci et ça marche tellement bien ! Bouche : La bouche démarre sur une douceur agréable mais évolue rapidement vers des notes plus épicées (pensez au gingembre). Cela pourrait aussi être un bon Cognac, je dirais, ou vice versa, certains Cognacs ont ce goût. J’obtiens maintenant des fruits à noyau légers, des oranges, du chocolat, un agréable support du fût en termes de tanins et d’épices ainsi que de la mangue. C’est très bon et probablement encore meilleur si vous ne savez pas ce que vous dégustez. Finale : Tout d’un coup, nous obtenons à nouveau plus de ces notes parfumées. Plus tard, des fruits à noyau plus légers, du chêne, du miel, des oranges et du gingembre. Bon! Facilement le meilleur Appleton que j’ai jamais eu. (89/100)

Soutenez Single Cask Rum en devenant mécène

Nous sommes un blog privé et indépendant et le serons toujours. Hélas, il n’y a absolument aucune source de revenus pour nous. Si vous êtes un lecteur assidu et que vous souhaitez nous soutenir, vous pouvez maintenant abonnez-vous à l’un de nos abonnements sur Patreon. Cela vous donnera accès à du contenu bonus (en expansion), à des flux en direct ou même à des friandises au rhum. Ou peut-être pensez-vous simplement à nous acheter un petit verre…

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *