Ironworks Distillery « Bluenose » Dark Rum – Examen


La première chose que l’on remarque sur le rhum, avant même qu’il ne soit versé, c’est sa couleur : sombre, presque noire, avec des reflets rougeâtres, et complètement pas naturelle. Cela crée à la fois des attentes et de la crainte chez le critique, car premièrement, il y a toute la question des additifs, et deuxièmement, cela suggère la canalisation de l’ambiance Navy Rum d’autrefois, avec des coutelas, des yo ho hos et une sorte de fausse ambiance Demerara à tromper les imprudents. Cela ne se termine généralement pas bien.

C’est donc un soulagement que ni l’un ni l’autre ne soit manifestement ou odieusement le cas, et en fait, le rhum se présente plutôt bien à première vue, même avec une force plutôt terne de 42 %. Le nez a beaucoup de choses intéressantes (si restreintes): des tanins, du cuir bien poli et de la cannelle pour commencer, assez facile à sentir, rien de dur ou de bloviant, pas de forcer pour faire un point. Il y a des notes de sureau noir et de canneberge, vaguement acidulées, du caramel, une touche de mélasse et derrière tout cela, la saveur de mauve (une écorce transformée en boissons non alcoolisées des Caraïbes par les habitants) – pas du tout les saveurs de rhum « traditionnelles » auxquelles on pourrait s’attendre et loin du profil Bumbu-esque confit et dosé aux ouïes que l’on pourrait penser à venir.

En bouche, il se révèle à la fois un peu sucré et saumâtre, le mauby prenant un peu plus de poids, accompagné de cannelle, de mélasse et d’une sorte de parfum particulier qui me rappelle une clairière de forêt humide ensoleillée, rangée avec des feuilles en décomposition et des bûches moussues et le souvenir d’une pluie vient de cesser. Il y a un soupçon de fruits – pruneaux, baies de sureau encore, un vague sirop contre la toux et grenadine tombé ici et là. Ce n’est pas mal, dans l’ensemble, et la finale, bien que courte, au moins ne laisse pas tomber la balle et glisse vers une conclusion facile avec du caramel, des pruneaux sucrés et cette légère chose mauby qui arrive sur scène pour un dernier salut.

Comparé à certains de leurs autres efforts, il s’agit d’un rhum assez solide de la distillerie Ironworks en Nouvelle-Écosse (dans l’est du Canada), même si franchement, il aurait eu plus d’impact avec plusieurs autres points de preuve – 42% reste vraiment à faible . Pourtant, bien qu’il y en ait d’autres dans la gamme que je n’ai pas encore essayés (y compris certains que je ne veux pas), comme première introduction à la distillerie, j’aurais pu choisir pire en fonction des spécifications de l’étiquette. Mais quelles sont les spécifications, exactement? Il y a incroyablement peu de choses sur le site Web de l’entreprise.

Voici ce que nous savons : il provient de mélasse guatémaltèque importée dans les maritimes, fermentée sur place pendant plusieurs semaines (heure exacte non précisée) et passée dans un alambic non identifié qui est soit un hybride, soit un alambic à colonne fabriqué par Muller d’Allemagne. Une autre période de vieillissement indéterminée a lieu dans d’anciens fûts de bourbon, et encore, alors que certains de leurs fûts sont placés à bord du Beauté noire entrepôt de bateaux flottants dans le port, on ne nous dit pas si l’un des composants de ce rhum provenait de là. Enfin, à aucun moment l’âge du rhum n’est mentionné, pourtant c’est une entreprise qui vante fièrement l’âge des « Dix », leur rhum le plus ancien.

Si vous détectez la morsure de l’impatience irritée ici, vous avez raison. Cela commence à être une chose avec les rhums canadiens et les entreprises qui les fabriquent, et c’est ennuyeux comme l’enfer. De nos jours, je ne devrais pas avoir à faire de commentaires sur la divulgation (c’est-à-dire son absence), ni envoyer un e-mail à l’entreprise ou demander des détails supplémentaires. Cela devrait être là sur l’étiquette ou au moins sur leur site Web – qui prend tellement de peine à dire qui ils sont et avec quelle fierté ils font ce qu’ils font. Ironworks existe depuis plus d’une décennie et a régulièrement constitué une belle écurie de spiritueux appréciés dans la région. Il est temps d’arrêter avec ce truc d’amateur timide et clin d’œil et de passer à la table des grands garçons – et une partie de cela est la divulgation, pas le marketing fier d’être la petite distillerie qui pourrait avec une histoire d’origine décousue.

J’aime le rhum lui-même et je suis soulagé que l’inclusion de colorant caramel dans le mélange pour le rendre plus foncé ne compense pas les faiblesses dans d’autres domaines : et la vérité doit être dite, c’est un rhum plus complexe et intéressant que ce à quoi je m’attendais — un rhum que je veux bien boire ou mélanger. Mais tout comme je lui donne le respect qu’il a gagné, j’exige que nous, en tant que consommateurs, soyons traités avec un peu plus de respect à notre tour, et que nous fournissions les détails qui nous diraient ce que nous venons de payer quarante dollars.

(#986)(79/100) ⭐⭐⭐


Autres notes

  • Le « Bluenose » est une célèbre goélette canadienne construite en 1921 qui remporta de nombreux concours dans les années 1920 et fut exposée à l’Exposition universelle de Chicago en 1933. Ses pièces métalliques ont été fabriquées dans les locaux de la forge que l’entreprise a repris en 2009.
  • J’ai vu un commentaire occasionnel non confirmé selon lequel le rhum est épicé, mais en l’absence de preuves plus formelles, j’ai choisi d’en douter. Le goût décalé du rhum est plus fonction de sa matière première, de la longue fermentation, et peut-être même des fûts qu’ils utilisent.
  • En raison de la réduction progressive des critiques de rhum nord-américains et du fait qu’Ironworks n’exporte pas beaucoup (voire pas du tout), les autres critiques sont rares. Cependant, je vous indique Rum Revelations’ notes sur les rhums canadiens à partir de fin 2022, y compris leur indifférence aux autres produits Ironworks. Un critique de reddit a donné au Bluenose 83 points en 2013 et a déclaré son âge à environ un an. RhumÉvaluations était plus éparpillé, et peu de conclusions peuvent être tirées de leur commentaire – environ un tiers des votes l’ont noté 7/10. Rum-X, à ce jour, n’a pas d’entrée pour cela.

Contexte historique

Ironworks est une distillerie de la province maritime (canadienne) de la Nouvelle-Écosse, fondée par Pierre Guèvremont et Lynne MacKay en 2009, et inspirée un an plus tôt par la lecture au hasard d’un article de magazine sur la croissance de l’industrie des spiritueux (je trouve cela étrange parce qu’il est beaucoup plus courant que les gens démarrent une distillerie en se basant sur un lien avec un spiritueux ou un autre, ou par véritable amour pour une seule gamme de produits). Au-delà de la distillation de spiritueux de qualité, ils souhaitaient approfondir les aspects techniques de la fermentation, des distillations, du vieillissement et de l’infusion, le tout via l’expérimentation et l’expérience personnelle ; de plus, ils espèrent utiliser autant que possible des ingrédients locaux et créer des emplois pour l’économie locale.

Ils ont acquis des locaux dans la petite ville de Lunenburg, dans ce qui était autrefois un atelier de forgeron marin qui desservait les constructeurs de navires qui opéraient le long de la Rive-Sud; et heureusement aussi fourni le titre de la distillerie naissante quand est venu le temps de la nommer. Le couple a acheté une cuve de fermentation de 30 000 litres et un alambic Muller d’Allemagne (le type n’est pas mentionné mais je pense que c’est un hybride d’après les quelques photos que j’ai vues), et de nos jours s’approvisionnent en pommes, poires, mélasse et les font fermenter toute l’année pour un large portefeuille de spiritueux comprenant du rhum, de la vodka, du brandy, du gin et du whisky. Les barils proviennent de partout – avec un accent sur l’ex-bourbon pour le rhum – et l’entreposage s’est étendu au-delà de la petite zone de stockage pour un bateau, des bureaux et plus encore.

L’entreprise a rencontré suffisamment de succès pour qu’après un peu plus de cinq ans, elle ait déjà remporté une vingtaine de prix pour ses produits, et elle est devenue l’un des rares distillateurs artisanaux en pleine croissance de la Nouvelle-Écosse dont la réputation s’est étendue à l’extérieur de sa province d’origine. Leurs spiritueux sont devenus suffisamment populaires pour qu’au début de 2016, ils se soient associés à l’aéroport d’Halifax pour ouvrir un magasin d’alcools sur place afin de permettre aux passagers d’acheter de l’alcool lorsqu’ils voyagent – et l’ont limité aux seuls produits fabriqués localement. En 2018, ils ont envoyé quelques barils à travers le monde dans un voilier, ce que certains annoncent comme une cascade, mais que Mme McKay a défendu comme une expérience pour voir si le vieux conte des esprits vieillissant mieux en mer était vrai ou non – les barils ont ensuite été mélangés dans le « Around The World Rum », et rapidement épuisés. On pourrait se demander s’il s’agissait de marketing ou non, mais la principale conclusion était la volonté des propriétaires de sortir un peu de la boîte et de proposer des idées de marketing ingénieuses, ainsi que – on l’espère – un plus intéressant et meilleur rhum.

Actuellement, la société fabrique plusieurs rhums différents, dont les plus connus sont l’Amber, le Rum Boat Rum, le « Ten », le Bluenose et le « Around the World Rum », dont le dernier était l’édition spéciale mentionnée ci-dessus. Ils fabriquent également une crème de rhum et un rhum expérimental mélangés à du sirop d’érable puis vieillis un peu plus qu’ils appellent rhum d’érable et que j’appelle un esprit arrangé ou infusé.

Dans une certaine mesure, la montée en puissance des embouteilleurs indépendants européens – et, plus tard, américains – ainsi que le paysage réglementaire obstiné et trop complexe du Canada ont limité la capacité de l’entreprise à se développer aussi rapidement qu’elle le souhaiterait. Le manque de concentration sur un type de spiritueux est également un problème que j’ai déjà commenté et ne permet pas à une expertise de classe mondiale de se développer aussi rapidement qu’elle le ferait pour une entreprise plus axée sur le laser. Mais il faut tenir compte des réalités commerciales des petites entreprises qui doivent faire de la masse salariale et générer des flux de trésorerie, et donc, pour l’instant, nous devons accepter qu’Ironworks est une distillerie qui fabrique des rhums intrigants, et augmente progressivement son empreinte et sa sensibilisation autour de la pays.


 

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *