Compagnie des Indes Fidji 2010 (Distillerie secrète) 10 ans d’âge – Critique


La Compagnie des Indes, dirigée par le flamboyant et joyeux Florent Bouchet, a été l’un des premiers embouteilleurs indépendants dont j’ai trouvé et commencé à évaluer les rhums, avec Rum Nation et le Renegade original et oui, Velier. La petite entreprise est toujours aussi forte et après avoir fait ses preuves avec de très bons embouteillages en single cask — j’ai de bons souvenirs de leur rhum indonésien, par exemple — a fait des one-offs très inhabituels (Floride, Thaïlande, Ghana, El Salvador ), et s’est également étendu à des mélanges, un peu comme 1423 l’a fait, avec des noms aussi évocateurs que Tricorn, Blacklice, Boulet de Canon, Veneragua, Barbagaya, Caraibes, Dominidad, Kaiman et (sur ma liste à essayer à coup sûr) les Grands Blancs. Pourtant, comme pour la plupart des indépendants, alors que ce sont les mélanges les plus doux qui fournissent le flux de trésorerie, ce sont les embouteillages en fût qui sont considérés comme la crème de la crème et forment l’édifice sur lequel la réputation de la Compagnie repose.

Le rhum d’aujourd’hui est l’un des ces: un rhum à base de mélasse des Fidji, distillé en 2010 sur un alambic à colonne, vieilli sept ans là-bas et trois ans en Europe, résultant en une production de 407 bouteilles, et dont la provenance n’est pas divulguée.

Le précédent d’une telle modestie sage dans la dénomination n’est certes pas nouveau. Parfois, des accords de vente préexistants avec d’autres marques – même celles de la distillerie – sont assortis de la condition que les embouteillages tiers ne puissent pas capitaliser sur le nom de la distillerie ; c’est parfois parce que la provenance n’est pas entièrement établie ; c’est parfois du marketing inversé. Quelle que soit la raison, après réflexion, le cynique amusé en moi postule qu’il y a peut-être une bonne raison pour qu’un rhum provenant de la seule entreprise de fabrication de rhum aux Fidji proclame qu’il provient d’une «distillerie secrète»: le fait que le rhum, hélas, n’est-ce pas intéressant.

Il n’y a, voyez-vous, pas grand-chose avec le nez tel qu’il est. Certes, 44% n’est pas le rhum le plus fort que j’aie jamais essayé, et en effet c’était le plus mauvais des rhums lors du premier vol de cette soirée. Pourtant, même en tenant compte de cela, le rhum est un peu léger : des pommes légères, du cidre et du yaourt, suivis de fruits vaporeux et aqueux (poires, pastèque, papaye), de raisins et de réglisse. Il y a une ligne de tarte à la sève de canne à sucre et au citron meringuée ici et là, juste difficile à appréhender et qui s’envole trop vite. Il devrait y avoir plus à siroter un rhum d’un baril qu’un nez aussi éphémère, je pense.

Sa dégustation renforce cette impression de « circulez les gens, il n’y a rien à voir ici ». Le rhum a une sensation ferme sur la langue, mais vous auriez du mal à discuter d’un seul composant de ce qui le compose. Quelques fruits blancs légers – goyaves, poires, melon – au goût légèrement salé parfois, recouverts d’une bouffée d’acétone. Si vous poussiez, vous risqueriez de deviner que vous sentez de la papaye ou du kiwi, de l’eau sucrée et peut-être un léger aspect saumâtre, semblable au chocolat au caramel salé. Et la finition n’est que cela, une finition et une finition rapide. Goyaves blanches, un soupçon de saumure, de fleurs et d’acétone, le tout faible et aéré et très difficile à détecter.

Il y a plusieurs années, j’ai essayé l’un des rhums Fidji de la Compagnie – celui là date de 2004, également du Pacifique Sud, également âgé de dix ans, également 44%. À l’époque, c’était trop nouveau pour moi pour faire des déclarations radicales à ce sujet, même si j’ai remarqué que ce n’était pas tout à fait ma tasse de thé (pour des raisons autres que celles indiquées ici). Entre-temps, il y a eu pas mal d’autres candidats de la distillerie, y compris ceux lancés par Bounty, Samaroli, L’Esprit, TCRL, le Rum Cask, Duncan Taylor et même la Compagnie à quelques reprises. Aucun n’a eu cet arôme presque indifférent et ce palais vague, à quelque force que ce soit.

Nous savons donc, grâce à des années d’expérience ultérieure, que la Compagnie et le Pacifique Sud peuvent faire beaucoup mieux, et il y a du rhum de la distillerie qui est juste loin d’être magnifique. Puisque je sais cela, je ne peux que supposer que le fût dans lequel il a vieilli était simplement épuisé et n’avait plus rien à donner, sauf peut-être de bons conseils. Ma propre recommandation, alors, est simplement que c’est un laissez-passer. Heureusement, étant donné le volume et la variété d’excellents rhums que Florent a produits au cours de la dernière décennie, il ne manque pas de bons et de meilleurs rhums de la Compagnie qui peuvent prendre sa place.

(#983)(79/100) ⭐⭐⭐


 

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *