Merchant Shipping Co. Rhum blanc (Highwood Distillers) – Examen


Les deux dernières revues concernaient des produits d’un fabricant de rhum écossais appelé Sugar House, qui a lancé un alambic hybride, une philosophie de production folle et en quelque sorte sorti avec deux rhums non vieillis qui n’auraient pas dû réussir aussi bien qu’ils l’ont fait… mais a fait; et j’ai soufflé mes chaussettes. C’est ce qui se passe lorsqu’un producteur, aussi petit ou nouveau soit-il, prend son rhum au sérieux, aime vraiment le sujet et n’est pas opposé à bricoler un peu, se passe des roues d’entraînement et s’envole simplement. Un jus comme celui-ci est le point culminant du jeu de révision, où vous voyez quelque chose d’original, quelque chose de bon, pas très connu en dehors de son lieu d’origine, et n’avez pas peur de le défendre.

Considérons alors ce produit contrasté qui porte le titre nautique (nous pouvons être reconnaissants qu’il omette toute mention ou image de pirates), une force de 40% et pas grand-chose d’autre. Il s’agit en fait d’un rhum tiers – « rhum blanc des Caraïbes importé » – élaboré par la distillerie Highwood en Alberta, qui est probablement mieux connue pour le Potter’s étonnamment robuste (obtenu lorsqu’ils ont acheté cette distillerie solitaire de la Colombie-Britannique en 2005) et le Momento éminemment oubliable, qui est peut-être le message le plus non lu de tout ce site. Ici, ils n’ont pas fabriqué le rhum, mais l’ont importé (le site Web de l’AGLC suggère qu’il provient probablement de la Guyane, que Highwood commercialise pour sa propre écurie), et l’a fabriqué sous contrat pour une vente exclusive dans les magasins Liquor Depot et Wine & Beyond à Canada de l’Ouest.

Laissez-moi vous épargner un peu de lecture : ça vaut à peine la peine d’être mis dans un cocktail, et je ne le remuerais pas avec la virole de mon parapluie. Le rhum blanc de la marine marchande est un spiritueux incolore niché dans une bouteille en plastique bon marché, vendu pour vingt-cinq dollars, et a en quelque sorte l’effronterie (s’il vous plaît à Dieu, que ce ne soit pas de la fierté) de s’étiqueter comme du rhum. Je ne blâme pas vraiment Highwood pour cela – c’est un rhum sous contrat après tout – mais je suis vraiment étonné qu’un magasin d’alcools aussi grand et bien approvisionné que Wine & Beyond puisse mettre son nom derrière des trucs abominables comme celui-ci.

Parce que c’est tellement inutile. Donc totalement inutile. Ça sent à la première ouverture, au repos et au nez, comme des boules de naphtaline laissées trop longtemps dans un placard à vêtements surchargé et rarement ouvert, où tout est vieux, désaffecté depuis longtemps et en train de perdre. Ça sent l’alcool à friction et l’essence faible, et mes notes incrédules dès la sortie de la porte demandent « Wtf est-ce ?? La crème contre l’arthrite de ma grand-mère ? » C’est un spiritueux à 40%, mais je vous jure qu’il n’y a pas grand-chose ici qui dit rhum à qui que ce soit – cela ressemble à un spiritueux neutre dénaturé, filtré, dilué… qui est ensuite réduit au cas où quelqu’un pourrait le confondre avec une vraie boisson.

Le palais continue cette déception (bien que je sois optimiste, et avais des espoirs) ; il a un goût fin et dur, huileux, médicinal, tout est faible et à peine présent – même pour la force du salon, il n’y a pas grand-chose à écrire sur la maison : un arrière-goût désagréable persistant de sardines et d’huile d’olive, compensé par une seule poire trop mûre garnie de une tranche détrempée de melon aqueux et une banane écrasée, et s’il y en a plus, je devrais l’imaginer. La finition est partie si vite qu’on pourrait penser que c’était les émanations du coureur de route, moins la comédie.

Je ne peux pas commencer à vous dire à quel point ce rhum insipide, inutile, sans grâce, sans espoir, sans classe et sans jambe m’agace. Tout ce qui aurait pu donner à l’esprit un véritable caractère a été dépouillé et laissé pour mort. J’ai dit que c’était inutile et je le pensais : parce que vous pourriez jeter toute la bouteille dans le drain et vous endormir en sachant que vous n’aviez jamais rien manqué — pourtant c’est fait, c’est sur les étagères, ça se vend, et toute une génération de jeunes Canadiens qui ne peuvent se permettre rien d’autre iront dans leur tombe en pensant que c’est ce qu’est le rhum et l’éviteront pour toujours. C’est ce que l’implication de cette chose est, et c’est la seule chose pour laquelle elle est bonne.

(#979)(65/100) ⭐½


Avis

Cela ne me fait aucun plaisir d’écrire des critiques qui critiquent un produit local – parce que les produits locaux sont ce qui donne à un pays, une île, un territoire ou une superficie son argument de vente unique, son mental et physique terroire. C’est ce qui ne va pas avec ce rhum faux, ersatz « Caribbean », parce qu’il n’y a absolument rien qui dit le Canada ici (sans parler du rhum, et certainement pas les Caraïbes) et comme indiqué ci-dessus, c’est une importation (une importation de spiritueux presque neutre à ce , apparemment).

Pourtant, comme j’ai essayé de le préciser, l’un de ces domaines où il y a un sérieux potentiel pour mettre son pays sur la carte réside dans les rhums qui ne vont pas pour le plus petit dénominateur commun, ne vont pas pour le marché de masse divers étagères de supermarchés dronish, et certainement pas pour l’ethos uber-capitaliste de maximisation du profit à tout prix des monopoles provinciaux des alcools qui pourraient se soucier du terroir ou des côtelettes au vrai goût. C’est la mentalité aveugle d’eux et des magasins qui la suivent qui permet de fabriquer du rhum comme celui-ci, comme si les fabricants de rhum français, les distillateurs mondiaux de jus de canne et la nouvelle vague britannique ne nous avaient pas montré, maintes et maintes fois, mieux pourrait être fait, a été fait… et en effet, devrait être terminé.


Autres notes

  • Il n’y a pas de fiche technique pour accompagner le rhum et rien sur l’étiquette, mais je pense qu’il est juste de dire qu’aucun pot qui se respecte n’a encore jamais fait un rhum comme celui-ci, donc, colonne encore. Aussi, à base de mélasse. Il est probablement vieilli un peu puis filtré, et je suppose que c’est moins d’un an.

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *