Histoire du rhum cubain 1. Boissons interdites

Histoire du rhum cubain : 4. Légalisation

HISTOIRE DU RHUM CUBAIN

4. LÉGALISATION

Dans ce quatrième article sur l’Histoire du rhum cubain, je vais à nouveau consacrer une large place à la Grande Histoire, et pas seulement au rhum. Je m’excuse, mais je vous assure que les fortunes de notre distillat préféré sont étroitement liées à l’histoire en général et vous devez savoir quelque chose sur ce dernier, pour vraiment comprendre le premier. De plus, pour nos nouveaux lecteurs, je dois répéter que aguardiente de caña (eau qui brûle la canne à sucre), c’est ce qu’on appelait à Cuba l’alcool à base de canne à sucre, notre Rhum.

La guerre de Sept Ans 1756-1763 (mieux connue aux États-Unis sous le nom de guerre française et indienne) est maintenant presque oubliée, mais elle était d’une importance fondamentale et a façonné une grande partie de notre monde moderne. Cela a commencé comme un conflit colonial entre la Grande-Bretagne et la France en 1754, lorsque les Britanniques ont cherché à s’étendre sur le territoire revendiqué par les Français en Amérique du Nord. Ensuite, la guerre a impliqué les grandes puissances européennes, de nombreuses nations indiennes et même diverses puissances asiatiques. L’Espagne entre en guerre en 1762 aux côtés de la France ; la décision a été prise après de nombreuses hésitations, mais apparemment en pleine conscience de l’enjeu. En effet, dans le préambule du traité d’alliance avec la France est écrit : « Toute l’Europe doit être consciente des risques auxquels est exposé l’équilibre maritime, si l’on considère les projets ambitieux de la Cour britannique et le despotisme qu’elle tente s’imposer sur toutes les mers. La nation anglaise a montré, et montre bien dans ses démarches, surtout depuis dix ans, qu’elle veut se rendre maître absolu de la navigation, et n’entend pas laisser à tous les autres autre chose qu’un métier passif et dépendant. ”

La guerre a impliqué tous les continents, c’était peut-être la première vraie guerre mondiale, et elle s’est terminée par la victoire finale de la Grande-Bretagne, due principalement à sa supériorité navale. La puissance atteinte par la marine britannique lui a permis en 1762 de remporter le plus grand prix de tous, rêvé par les pirates et corsaires anglais depuis l’époque de Francis Drake : capturer La Havane, s’emparer de la Clé des Indes à l’Espagne.

Le 7 juin 1762, 60 navires de guerre, 150 cargos et 27 000 entre soldats et marins attaquèrent La Havane. Pour la seule fois de son histoire, La Havane a vécu l’expérience d’un siège et d’un bombardement. Deux mois plus tard, le 12 août, la ville se rend avec un certain nombre de conditions. En Grande-Bretagne et en Amérique du Nord, l’enthousiasme est énorme, mais la ville est rendue à l’Espagne un peu plus d’un an plus tard. En fait, en 1763 avec le traité de paix, la Grande-Bretagne obtint la reconnaissance de sa conquête de l’Empire français en Amérique du Nord, mais rendit à la France et à l’Espagne la Louisiane, la Floride les îles françaises à sucre et La Havane : les planteurs antillais britanniques ne voulaient pas de concurrents dangereux. au sein de l’Empire britannique.

L’occupation britannique de la ville, même si elle n’a duré que 10 mois, a laissé une marque indélébile. Le monopole espagnol a été suspendu et le trafic portuaire a connu une croissance fulgurante. Londres n’a pas donné à La Havane une totale liberté de commerce, mais la liberté de commercer au sein de son empire, qui était beaucoup plus riche que celui d’Espagne. Peut-être, en réalité, ce grand essor commercial était-il dû, au moins en partie, au simple fait que la contrebande a été découverte ; quoi qu’il en soit, il a secoué les choses et a eu des conséquences profondes. La courte période d’activité commerciale florissante qu’a connue La Havane britannique a généré, au fil des années, une sorte de nostalgie qui, soulignée par les libéraux cubains et par les partisans de l’indépendance, a influencé le l’opinion des historiens au point qu’ils considéraient l’année 1762 comme le véritable début du développement cubain, voire l’année depuis laquelle son histoire méritait d’être étudiée. Par exemple, selon Francisco de Arango y Parreño, le plus grand champion des planteurs havanais de la génération suivante : « Ce fut une période de véritable résurrection pour La Havane… Avec leurs nègres et leur libre-échange, les Anglais ont fait plus que nous avait fait au cours des soixante années précédentes ». En fait, en 1762, Cuba était déjà une société complexe et relativement développée et les graines du progrès qui, dans quelques décennies, feraient de Cuba l’île de plantation la plus riche du monde, avaient déjà été semées.

Quoi qu’il en soit, l’un des effets les plus durables a été l’élargissement du fossé entre péninsulaires (c’est-à-dire les personnes nées en Espagne) et créoles (c’est-à-dire des personnes d’origine européenne mais nées à Cuba). Parmi les conditions stipulées pour la reddition, les Britanniques s’étaient engagés à respecter les coutumes, la religion et les biens des habitants. Et plus ou moins ils l’ont fait en ce qui concerne la propriété des habitants de la ville, c’est-à-dire, fondamentalement, la bourgeoisie créole. Cependant, ils ont saisi les biens de la Couronne et du péninsulaires marchands et propriétaires terriens qui avaient des intérêts économiques à La Havane, mais vivaient en Espagne. Ces derniers étaient nombreux et souvent associés aux commerçants locaux, par lesquels ils se sentaient trahis. La bourgeoisie créole a bien défendu ses propres intérêts, fréquentant et même collaborant avec les occupants, à tel point qu’un responsable espagnol écrivait, après la fin de l’occupation : « L’un ou l’autre drapeau était secondaire, car le Cubain se sentait assuré qu’il était déjà avait sa patrie.

En 1763, la population cubaine approchait les 165 000 personnes, un tiers vivant à La Havane et beaucoup d’autres concentrés dans les autres villes, ce qui faisait de l’île une société à prédominance urbaine, une caractéristique qu’il me semble avoir conservée jusqu’à nos jours. Malgré l’immigration et les naissances, le nombre d’habitants est maintenu bas par le taux de mortalité élevé. Les deux principaux fléaux étaient la variole et la fièvre jaune, connue sous le nom de vomi noir. Le premier était d’origine européenne, le second d’origine africaine. La créoles étaient relativement immunisés, mais les péninsulaires, soldats, marins, fonctionnaires, etc. sont morts par milliers. Les exportations étaient principalement des peaux, du tabac et du sucre et, comme nous maintenant, un peu de rhum clandestin.

Alejandro O’Reilly, né à Dublin vers 1725, était officier au service du roi d’Espagne Charles III. Affecté à La Havane, il est chargé de visiter toute l’île afin de réorganiser et de renforcer la milice locale. Mais le Gouverneur l’a également chargé de lui faire rapport sur la situation générale de l’île, les problèmes et les solutions possibles. C’était un homme cultivé, imprégné des idées des Lumières puis hégémonique dans la culture européenne. Une merveilleuse culture générale, bien loin de l’hyper spécialisation qui, à mon humble avis, est une des faiblesses de notre présent. O’Reilly a rédigé un court rapport sur sa visite, dans lequel, de manière perspicace et concise, il a décrit la situation de l’île, ses principales difficultés et les solutions possibles. Le problème fondamental de l’économie cubaine, écrit-il, est le monopole commercial de Cadix et la propagation massive et conséquente de la contrebande, incontestablement impossible à contrer. Les habitants ne peuvent pas recevoir d’Espagne les biens dont ils ont besoin, en premier lieu les vêtements, et en même temps ils ne peuvent pas exporter les fruits de leur terre et de leur travail. La situation est particulièrement grave hors de La Havane : « En dix ans, seul ce qui suffisait à la consommation de six mois est parvenu à Santiago, Bayamo, Porto del Principe (aujourd’hui Camagüey) et les autres villages de l’intérieur. Par conséquent, comme dans toute interdiction, la contrebande, l’illégalité et le crime règnent, causant un préjudice grave tant aux particuliers qu’à l’État. La solution proposée par O’Reilly est claire : ouvrir Cuba au libre-échange avec tous les ports de l’Empire espagnol et, en partie, avec les ports étrangers également. « Les avantages pour le roi, pour le commerce espagnol et le développement de l’île découlant de la libéralisation du commerce sont innombrables. Ils ont été expérimentés de première main pendant la domination anglaise à La Havane. Les droits de douane ont énormément augmenté et, en un an seulement, environ 1 000 navires, transportant toutes sortes de marchandises, sont entrés dans le port.

A partir de 1763, l’ouverture de Cuba au monde sera un fait irréversible, bien que lent et progressif. Finalement, en 1764, la libéralisation de la production de aguardiente de caña a été réalisé en échange du paiement d’un droit sur la production et d’un autre, spécifique sur les alambics. Le droit sur l’aguardiente de caña a été établi par arrêté royal du 26 mars 1764. Il consistait en 2 pesos pour chaque baril de distillat produit, ou une somme que les planteurs devaient convenir avec les fonctionnaires du Trésor royal, en signant une déclaration sous serment rapport. L’année suivante, il a été remplacé par un droit de 2 % par baril.

Mais comment était ce rhum ? Évidemment, nous ne le saurons jamais, mais nous pouvons dire quelque chose. Pour autant que nous sachions sur la production de rhum dans le passé, il est fort probable qu’aucun buveur n’en profiterait aujourd’hui (voir « L’âge d’or du rhum » dans le numéro de décembre 2020). Et pourtant, compte tenu de son utilisation intensive en tant que médicament, il ne pouvait pas non plus s’agir de cette « liqueur chaude, infernale et terrible » du siècle précédent. Certes, la qualité de la matière première changeait et la distillation pouvait être plus ou moins précise, donc la qualité du rhum produit variait ; il y avait ceux qui ajoutaient des saveurs et des arômes et ceux qui les trafiquaient simplement.

La légalisation de 1764 était un privilège spécial accordé à Cuba, alors qu’en Nouvelle-Espagne (à peu près l’actuel Mexique) l’interdiction absolue subsistait. En 1788, Silvestre Diaz de la Vega écrivit son grand antiprohibition « Discurso sobre la decadencia de la agricoltura en el Reyno de Nueva España » (Essai sur le déclin de l’agriculture dans le royaume de la Nouvelle-Espagne) revendiquant la nécessité de légaliser la production de rhum en Nouvelle-Espagne, il demande aussi que la loi précise comment il doit être produit : «Aguardiente de Caña devra être produit avec de la bonne mélasse, dite de Curing, et de l’eau de bonne qualité, sans la mêler à aucune autre chose, pas même au miel ; il devra être fabriqué avec la plus grande propreté, et sa qualité devra être parmi celles connues sous le nom de oil-proof, Holland y bubble. étudier le rhum dans les colonies britanniques contemporaines. La première consistait à ajouter une petite quantité d’huile d’olive à l’eau-de-vie : si l’huile restait en surface, cela signifiait que le rhum avait un faible titre alcoométrique, inférieur à la preuve ; si le pétrole coulait, c’était bon, au-dessus de toute preuve. Ce dernier impliquait l’agitation d’un petit tube de verre de l’esprit et l’examen ultérieur de la disparition des bulles. S’ils étaient petits et disparaissaient lentement, l’esprit était au-dessous de la preuve ; s’ils étaient gros et disparaissaient rapidement, l’esprit était au-dessus de toute preuve. À propos de la preuve hollandaise, je n’en ai aucune idée.

Marco Pierini




Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *