Review: Black Tot Last Consignment

Black Tot Last Consignation – Le blog du baril de rhum


Le premier enregistrement de rhum distribué sur des navires britanniques remonte à 1655, lorsqu’ils ont remporté la bataille de la Jamaïque contre les Espagnols. Comme ils n’avaient pas assez d’autres spiritueux, l’amiral William Penn a décidé de donner à l’équipage une mesure de rhum en récompense – mais ce n’est pas à ce moment-là que les rations officielles de rhum sur les navires de la Royal Navy ont commencé.

C’est en 1731 que le rhum tot quotidien est devenu officiel – ou plus exactement, la demi-pinte quotidienne de rhum overproof. Même moi, en tant que chugger de rhum professionnel, je trouve cela un peu exagéré, tout comme l’amiral Edward Vernon – surnommé Old Grog d’après son manteau Gorgham en soie et mohair. Il déclara en 1740 que le rhum donné aux marins, quotidiennement je le rappelle, était coupé en deux et dilué avec de l’eau, une boisson qui porte bien son nom de Grog. Certains d’entre nous connaissent la boisson Navy Grog qui, selon la légende, était le dit Grog « épicé » avec des citrons verts et du sucre, et bien qu’il s’agisse d’une bonne histoire, elle n’est pas entièrement vérifiée.

En raison de cette pratique, la Royal Navy est devenue involontairement l’un des plus grands mélangeurs de rhum au monde, ayant à tout moment environ 4 millions de gallons stockés dans de grandes cuves en bois qui étaient continuellement remplies d’alcool de canne de différents pays, en fonction de la disponibilité. Les principaux étaient la Guyane, la Barbade, Trinidad et la Jamaïque, bien que non limités à eux, faisant du rhum de la marine un mélange mondial en constante évolution sans recette établie.

Après le Black Tot Day, le 31 juillet 1970, tout le stock restant de la Royal Navy a été stocké dans des drapeaux en pierre (4,55 litres chacun) et rangé dans les chantiers de ravitaillement de la Marine. Soukhinder Singh, La bourse du whisky fondateur, a réussi à mettre la main sur certains de ces flacons qui ont été mélangés et lancés sous le nom de Black Tot Last Consignment en 2010 à l’occasion du 40e anniversaire du Black Tot Day.

De nos jours, une bouteille du dernier lot peut faire une brèche considérable dans le portefeuille et étant donné que le stock est réduit aux centaines de bouteilles disponibles, le prix ne fera qu’augmenter. Je suis très heureuse de pouvoir goûter et partager mon avis sur ce tot mythique, alors c’est parti.

Black Tot Last Consignment est à base de mélasse, un mélange de distillats d’alambics à pot et à colonne du monde entier (la Guyane est très clairement proéminente) qui ont été vieillis pendant une durée indéterminée. Il est embouteillé à 54,3% ABV, à seulement 0,2 point de la force de la Marine et je pense qu’il contient une quantité considérable de caramel ajouté à partir du composant guyanais.

Au nez, il se sent vraiment sombre et moreish. Meubles anciens, réglisse, café aromatique et vieux cuir. Riche stout, tabac et chocolat noir. Les deux principaux profils que je ressens sont ceux de Diamond Distillery (Guyane) et de Caroni (Trinidad). Caramel intense, bananes trop mûres et douelles de bois carbonisées. Billets de banque en papier poussiéreux, huile de moteur et cerises Luxardo. Raisins secs, cannelle, sirop d’érable et poivre noir. Thé noir, copeaux de crayon, oranges séchées et une pincée de sel marin. Il y a beaucoup à encaisser.

En bouche, la « noirceur » se poursuit. Chocolat noir, café noir, mélasse et bois brûlé. Ananas grillé, menthe poivrée, stout et réglisse. Clou de girofle, poivre noir et poivre de Cayenne. Cassonade, crème de casis, pruneaux et noix en conserve. Je me trompe peut-être, mais la bouche semble révéler un peu de funk jamaïcain. Banane flambée, fruits à noyau et une touche de vernis à ongles. Vin rouge oxydé, zeste d’orange brûlé et éclats de cacao. La finale est longue sur le caramel, le poivre noir et les mûres.

Black Tot Last Consignment est la version finale de ce mélange mondial dont je parlais précédemment et il a une grande valeur historique. Même si vous ignorez ses liens avec la Royal Navy, il s’agit toujours d’un rhum millésimé qui a été assemblé au plus tard en 1970 et qui contient certainement des distillats encore plus anciens. Le profil correspond parfaitement et je peux voir comment cela peut être l’inspiration pour tous les rhums Navy sur le marché.

J’ai vraiment aimé le siroter, il a de la complexité et de la saveur, surtout que j’apprécie vraiment les rhums de DDL et Caroni. J’ai l’impression que le caramel a un peu noyé le rhum, mais encore une fois, c’est le style et ça marche. Cela étant dit, je préfère les versions limitées modernes de Black Tot (critiques ici, ici et ici), elles ont plus de choses à faire et à un prix plus accessible.

De nos jours, vous pouvez acheter une bouteille du dernier lot pour 850 £ (The Whisky Exchange) ou 770 £ (Amazon) pour lequel vous obtenez une vitrine en bois, un bouchon en liège (car la bouteille est munie d’un bouchon similaire aux vins), une coupe en bronze qui mesure un demi-gill, un petit livre sur l’histoire du rhum Navy, un rhum carte de rationnement et bien sûr une bouteille de 70cl de rhum marine historique.

Les marins à l’époque avaient le choix d’être payés ou d’avoir le rhum, et maintenant je peux comprendre pourquoi ils choisissaient principalement le rhum – je serais plus qu’heureux de siroter cela tous les jours, mais malheureusement le budget ne le permettrait pas pour une telle bouteille. Le rapport qualité-prix ici est vraiment difficile à marquer car il a, comme je l’ai dit, beaucoup de valeur historique et le rhum lui-même est vraiment bon, mais pas bon à 850 £…

Un grand merci à Mitch Wilson et à l’équipe de Black Tot/site Internet pour avoir fourni un échantillon et toutes les informations dont j’avais besoin pour cet examen !

Score du dernier envoi de Black Tot :
Saveur/goût : 59/70
Rapport qualité prix : 7/15
Transparence/pureté : 14/15
Globalement : 80/100

Acclamations!

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.