Review: Saint James Imperial Blanc

Saint James Imperial Blanc – Le blog du baril de rhum


Alors que de nos jours, une bouteille de forme carrée n’est pas si inhabituelle dans le monde des spiritueux de nos jours, elle était assez innovante à l’époque et c’est probablement Saint James qui en est responsable. La forme de la bouteille était destinée à attirer l’attention, mais aussi à rendre son transport plus sûr par bateau.

En 1765, le révérend Pere Edmond a créé un moulin à sucre et une distillerie à Saint Pierre, en Martinique. Il nomma la propriété Saint Jacques, mais elle fut plus tard changée en Saint James pour plaire aux colonies de la Nouvelle Angleterre.

C’est en 1882, peu de temps après le remplacement des alambics par des colonnes, que la marque Saint James est déposée par Paulin Lambert, le nouveau propriétaire de la plantation. En 1885, le négociant lance la toute première cuvée Saint James, une idée originale à une époque où les rhums étaient toujours assemblés. Paulin a même installé une banderole de trente mètres sur quatre sur les hauteurs au-dessus de Saint-Pierre, sur laquelle on pouvait lire « Plantations Saint James » qui a fini par faire associer la Martinique aux rhums Saint James.

Malheureusement, la ville de Saint Pierre a été victime de l’éruption de la montagne Pelée en 1902 et la distillerie Saint James n’a pas fait exception. Pendant les 3 décennies suivantes, le rhum a été fabriqué dans d’autres distilleries que Lambert a acquises avec le paiement de l’assurance.

Toute la production a été déplacée vers un site récemment rénové à Sainte-Marie en 1973, lorsque Cointreau a racheté l’entreprise. De nos jours, Saint James est géré par le groupe La Martiniquaise, qui possède également les marques Depaz et Dillon – voir mon avis Dillon Blanc 55 ici.

Saint James a la désignation Appellation d’Origine Contrôlée (appellation d’origine protégée en anglais) depuis 1996 lorsque la Martinique a obtenu le statut. La distillerie fabrique du rhum agricole et peut traiter une tonne de jus de canne à sucre par minute à l’aide de ses 6 alambics à colonne en acier inoxydable – ils possèdent également un alambic à pot, mais il ne fait pas de rhum agricole car l’AOC exige que le rhum soit fabriqué dans des alambics à colonne .

Saint James Imperial Blanc est à base de jus de canne, fermenté pendant 36 heures et encore distillé en colonne. Embouteillé à 40% sans aucun ajout ni vieillissement.

Au nez, il se sent assez arrondi pour un agricole. Sauce tomate, prunes non mûres, feuilles de laurier et épis de maïs bouillis. Bananes non mûres, poivre blanc et jus de mangue. Coriandre, zeste de pamplemousse et une touche de cardamome. Ne se sent pas du tout rugueux. Naturellement, il y a aussi des notes de jus de canne à sucre ainsi qu’un peu de safran.

En bouche se sent herbacé et citronné. Pamplemousse rose, feuilles de citron vert, jus de canne et poivre blanc. Fruits de la passion non mûrs, bananes non mûres et pommes vertes. Il a un beau profil lumineux. Une touche de genévrier et d’anis. La finale est de longueur moyenne avec du jus de canne et des agrumes.

Un exemple plus élégant et équilibré d’agricole, facile à mélanger ou à shooter – je le recommanderais sans hésiter dans un Daiquiri Agricole. Une très bonne introduction dans la catégorie agricole non vieillie.

Je l’ai acheté pour 16 £ pour un litre en duty free en France, mais il est également disponible à l’achat chez 22 £ (maître de malt) ou 23 £ (La Bourse du Whisky). Toujours une bonne valeur, peu importe.

Note Saint James Impérial Blanc :
Saveur/goût : 46/70
Rapport qualité prix : 15/15
Transparence/pureté : 15/15
Global : 76/100

Acclamations!

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.