Four Bells Imported Navy Rum (années 1970/1980)

Four Bells Imported Navy Rum (années 1970/1980)


Revue Roumains #135 | 0914

Ne tenez pas compte – en fait, essayez d’oublier – l’étiquette pendant un moment, afin que le mot « Marine » ne vous envoie pas dans des crises de connivence. C’est une chose publicitaire, et existe sur cette étiquette pour aucune autre raison que de tracer une ligne entre les traditions maritimes d’autrefois et votre esprit – comme si d’une manière ou d’une autre, en achetant et en buvant le rhum, vous étiez instantanément transporté vers un noble héritage nautique remontant à des siècles, avec des embruns sur le visage, des voiles qui claquent au-dessus de votre tête, et vous vous alignez à quatre cloches pour obtenir votre tout-petit. Je suppose que c’est la partie du rhum – la sodomie et le coup de fouet passent heureusement sans examen (même si on se demande quand un courageux aspirant fabricant de rhum de la Marine finira par aller tout sur l’étiquette, pour ainsi dire… mais je m’éloigne du sujet).

Le rhum n’est bien sûr pas un vrai rhum Navy. Ce ne sont que des ordures marketing ; c’est un mélange de force standard de composants caribéens non spécifiés auxquels un site Web a généreusement fait référence en provenance de «la meilleure canne à sucre» et «des îles caribéennes de la Guyane» – la chose même qui apaise toujours mes soupçons sur une marque et me donne le chaleureux et flous. Il est apparemment fabriqué par une société appelée « The Four Bells Fine Navy Rum Co. » hors de Glasgow qui est presque introuvable. Considérez-le comme un mélange tiers sous contrat, qui n’est plus fabriqué, probablement originaire de l’île de Guyane. Vous pouvez avoir confiance en cela. L’étiquette le dit.

Couleur – Or foncé

Force – 40%

Nez – Tout le snark à l’écart, je dois avouer que ce n’était pas à moitié mauvais. C’est un rhum brun foncé, en fait assez aromatique. Il y avait de la mélasse, du bois, des tanins, de la réglisse et de la saumure avec une attitude lourde, presque boudeuse au nez. De la sciure de bois mouillée, du caramel et du miel, des bottes en cuir bien polies et quelques notes de bois émergentes qui ne cessent de se renforcer. Rien de nouveau, rien de trop compliqué, beaucoup d’anciens fidèles – c’est presque comme de la nourriture réconfortante spiritueuse de bas niveau.

Bouche – Encore une fois, bonne : chaleureuse et simple, mélasse, cuir poli, cerises noires, raisins secs, réglisse, un soupçon de tanins plus pointus et un peu d’écorce d’agrumes acidulée. À ce moment-là, j’avais en quelque sorte une perle sur la chose, donc je n’ai pas été surpris de goûter des notes supplémentaires de chocolat amer, de marc de café, de caramel et de mélasse, clairement jeunes, un peu piquantes. Cela m’a rappelé des mélangeurs canadiens bon marché comme Young’s Old Sam (un de mes éternels favoris).

Finale – Courte, ce qui est attendu à 40 %, un peu sucrée et pourtant aussi sèche, avec des pointes de réglisse piquante, de la mélasse et un macchiato au caramel très doux.

Réflexions – Bells est un rhum qui n’a pas besoin d’être plus fort, car malgré toute sa jeunesse évidente, il est également assez lourd et a suffisamment de saveurs pour être essayé pur. Il est, à cet égard, complètement simple et ne cherche clairement pas à briser les frontières et à redéfinir les genres. C’est bien comme ça, dans ses limites, mais ces limites sont encore restreintes par le manque d’informations fournies sur le rhum lui-même et sur l’entreprise qui le fabrique. Qu’on le veuille ou non, peu de gens ont un goût aveugle, et les gens ont tendance à évaluer un rhum en fonction de ce qu’ils en savent… ou non. Ici, nous ne savons rien sur le rhum, le mélange ou le fabricant – et si nous ne pouvons pas faire confiance aux informations fournies, ne serait-ce que sur l’étiquette, alors cela nous fait faire confiance à ce que nous dégustons moins, beaucoup moins, et il n’y en a pas beaucoup qui achèteraient un rhum avec ce genre de nuage suspendu au-dessus.

(#914)(80/100) ⭐⭐⭐


Autres notes

  • Pour ce que ça vaut, je pense que le mélange est principalement composé de PM de Guyane. S’il y a autre chose là-dedans, c’est un très petit pourcentage. L’étiquette arrière le note comme étant encore en pot, mais qui sait ?
  • Dans la tradition de la marine britannique, les coups de cloche d’un navire n’étaient pas alignés sur l’heure. Au lieu de cela, il y avait huit cloches, une pour chaque demi-heure d’une montre de quatre heures – quatre cloches sont donc à mi-chemin de l’une des montres du milieu, du matin, de la matinée, de l’après-midi, du chien ou de la première (c’est bien que quelqu’un le sache, car le nommer « huit cloches » aurait été regrettable, étant utilisé pour désigner une fin de quart ou un enterrement).
  • Il existe d’autres rhums Four Bells – « Four Bells » en tant que titre ne semble pas avoir de marque déposée ou de droit d’auteur ou de marque propriétaire associée: plusieurs entreprises ont utilisé le titre – comme un J’ai revu pour les Rumaniacs (des années 1970)ou un autre qui a augmenté pendant enchères produit par Pourquoi et McKay;
  • Il ne reste aucune référence actuelle à Four Bells en tant qu’entreprise, ou au rhum en dehors des sites d’enchères et de quelques boutiques en ligne obscures. Il ne s’agit peut-être que d’une expérience de marque unique sur le rhum datant de plusieurs décennies. Rum-X commente que sa production a cessé à la fin des années 1970 / début des années 1980.
  • Une version plus forte à 50% du rhum remarque que W&M a la Four Bells Fine Navy Rum Company comme filiale mais cela ne peut pas être vérifié. S’il s’agit d’une filiale (elles ont la même adresse), Four Bells n’est mentionnée nulle part sur son site Web ou son profil d’entreprise, et W&M a tellement d’autres filiales mineures sous son égide (59) qu’elle est introuvable. Même le profil lié du PDG ne vous dit rien sur Four Bells. White & MacKay elle-même vend des spiritueux et est actuellement une filiale du groupe Emperador, basé aux Philippines, qui fait partie d’Alliance Global Inc, un conglomérat diversifié F&B/Hospitality/Real Estate.
  • J’ai goûté ça à des amis au fil des ans, et quelques-uns l’ont vraiment aimé. Ce n’est pas un gaspillage d’argent, si vous le trouvez sur une étagère de magasin poussiéreuse à un prix bon marché et profitez d’un style de rhum guyanais. Je l’évaluerais à égalité avec l’ED-8 ou -12, bien que peut-être moins complexe que l’un ou l’autre.

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.