Bielle 2009 « La Confrérie du Rhum » Single Cask – Rhum Single Cask


Veuillez pardonner le petit hiatus, mais les affaires personnelles l’ont rendu nécessaire. Quoi qu’il en soit, maintenant nous sommes de retour dans le jeu!

Bielle, Bielle, Bielle… Bielle. Oui, quatre single casks de Bielle sont au programme aujourd’hui. Tous sont de 2009, âgés de huit ans, et ont été embouteillés pour La Confrérie du Rhum. Soit dit en passant, ces rhums sont distillés deux fois, d’abord dans une colonne puis dans un alambic à pot, et seraient les premières expressions de ce type à avoir été vieillies. Alors !

Bielle 2009 8YO « La Confrérie du Rhum » #54 (51,9%) : Nez : Très épais et dense et me rappelant pas mal les profils Rhum Rhum. Cela commence par des oranges, du massepain, des épices telles que la vanille, la cannelle ou le poivre, quelque chose entre le caramel et la mélasse, des herbes ou des notes végétales apparemment aléatoires ainsi qu’une pâte de gomme épaisse. C’est très bien! Bouche : Très riche, délicate et lourde, même si elle s’accompagne également de quelques arômes plus fragiles et plus légers. La texture est tout simplement incroyable cependant et l’intégration de l’alcool est tout aussi bonne. Les oranges, le massepain, les pétales aromatiques et la vanille sont mes principales associations mais on peut aussi trouver bien d’autres épices comme le piment de la Jamaïque ou la cannelle, le chêne, le caramel et le sucre muscovado. Plus tard aussi la fleur de cerisier, définitivement le miel et certaines de ces notes végétales du nez. Finale : Longue et persistante, avec du miel, des notes florales, des oranges et de la papaye. Bielle a définitivement livré ici et nous ne pouvons qu’espérer que les autres fûts sont tout aussi bons ! (89/100)

Bielle 2009 8 ans « La Confrérie du Rhum » #101 (52,3%) : Nez : Plus pointu que le #54 et moins équilibré. C’est assez puissant mais dans l’ensemble pas aussi beau, nuancé et franchement un peu trop agressif à mon goût. On retrouve des oranges (moins mûres que dans le #54) et d’autres agrumes, du boisé, le jeu d’épices et encore quelques notes florales, mais comme nous l’avons dit, ici elles ne sont pas aussi belles. Bouche : Mieux que le nez mais toujours légèrement piquant. Côté saveurs, nous sommes en terrain connu, avec les oranges, le massepain, la vanille, la banane et la papaye, mais aussi cette combinaison de chêne et d’épices. Plus tard aussi du foin et des céréales. Cela fonctionne clairement pour moi! Finale : De longueur moyenne sur les grains, une pointe de chocolat et des arômes de torréfaction (café, cacahuètes grillées). C’est un bon rhum, mais sans comparaison avec la grandeur du rhum précédent. (85/100)

Bielle 2009 8 ans « La Confrérie du Rhum » #106 (52,6%) : Nez : Similaire au #101 dans le sens où il est plus ou moins aussi rugueux mais je dirais que celui-ci est un peu plus aromatique dans l’ensemble. Oranges, miel, fleur de cerisier et patels apparentés… Je pense que le profil général devrait être familier maintenant. Il n’y a pratiquement pas de massepain cependant. J’aime bien celui-ci, mais cette combinaison d’orange et de miel est tout simplement géniale, peu importe ce que vous faites. Bouche : Relativement douce (jus d’orange, miel), mais assez sèche et boisée à la fois (chêne, épices). C’est en quelque sorte le résultat de l’assemblage des deux premiers fûts je pense. Il n’a pas tout à fait la même élégance et l’équilibre que le fût #54 mais se sent plus développé et mature que le #101. Finale : Moyenne longue à longue avec la combinaison d’orange et de miel mais aussi des notes d’herbes et d’herbes, de chêne et d’épices. Un autre vraiment bon. (86/100)

Bielle 2009 8 ans « La Confrérie du Rhum » #107 (52,1%) : Et un dernier. Nez : Assez doux et doux, rivalisant avec ce grand fût #54. En même temps, il est suffisamment intense et étagé. Nous obtenons des oranges, du miel, un soupçon de pâte d’amande, de vanille et de caramel, du chêne, des herbes fraîchement coupées (sauge, menthe) et un peu de cette gomme typique de Bielle. Palais : Oui, c’est reparti – ça doit être un autre « gagnant ». L’équilibre et la maturité sont au rendez-vous, la texture est excellente et le profil de saveur aussi, comme pour le reste du bouquet d’aujourd’hui. Les notes florales sont mes principales impressions, mais le miel et les oranges jouent respectivement le deuxième et le troisième violon. Le fût (chêne et épices) offre un joli support, sans faire ressortir de notes en particulier. Avec la deuxième et la troisième gorgée, nous obtenons plus de notes d’agrumes telles que le pamplemousse, les cerises non mûres et le foin. Finale : De longueur moyenne avec des oranges, du pamplemousse, du miel, du chêne, de la vanille amère et même une astringence remarquable. C’était un autre grand tonneau. (88/100)

Soutenez Single Cask Rum en devenant mécène

Nous sommes un blog privé et indépendant et le serons toujours. Hélas, il n’y a absolument aucune source de revenus pour nous. Si vous êtes un lecteur assidu et que vous souhaitez nous soutenir, vous pouvez maintenant abonnez-vous à l’un de nos abonnements sur Patreon. Cela vous donnera accès à du contenu bonus (en expansion), à des flux en direct ou même à des friandises au rhum. Ou peut-être pensez-vous simplement à nous acheter un petit verre…

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *