Rhum jamaïcain Antoniazzi (années 1970)

Rhum jamaïcain Antoniazzi (années 1970)


Revue Rumanicas R-133 | 0892

Il y avait beaucoup de rhum flottant autour de l’Italie dans les années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, mais tout n’était pas du «vrai» rhum; une grande partie a été trafiquée divers plonk à base d’alcool neutre. J’en ai essayé plusieurs fois, mais un bref quatuor avec un trio de Rhum italien Fantasias des années 1950, négligemment abandonné quand j’étais jeune et irresponsable, m’a laissé, comme toutes ces choses le font, avec peu au-delà de la culpabilité, un mal de tête et un besoin désespéré d’eau. Même à l’époque – quand j’en savais moins mais que je pensais en savoir plus – j’étais moins qu’impressionné par ce que ces boissons alcoolisées avaient à offrir. Je ne sais pas si ce rhum se qualifie comme tel, mais il est suffisamment conforme au type pour qu’il soit au moins mentionné.

L’entreprise des frères Antoniazzi opérait à partir de la petite ville de Conegliano, dans le nord-est de l’Italie, dans le comté de Trévise. Au départ, mes recherches ont montré qu’ils existaient dans les années 1950, ce qui suggère qu’ils se sont formés dans les années d’après-guerre en tant que marchands de spiritueux. Mais il est devenu clair que non seulement ils avaient été actif en 1926 en tant que fabricants de grappa – la région est célèbre pour le produit, donc c’est logique – mais un documents de 1950 montre sur l’en-tête qu’ils avaient été fondés en 1881. Qui était le fondateur, qui étaient les fils et l’histoire détaillée de l’entreprise devra attendre un détective plus persévérant.

Pourtant, voici ce que nous pouvons supposer : ils ont probablement commencé comme petits revendeurs de spiritueux, se spécialisant dans la grappa et se sont développés dans les eaux-de-vie et les cognacs. Dans les années 1950, alors que l’Italie se remettait de la Seconde Guerre mondiale, ils ont expérimenté des Fantasias, des liqueurs et d’autres spiritueux aromatisés, et dans les années 1970 leur écurie s’était considérablement agrandie: sous leur propre label maison, ils ont sorti du rhum, de l’amaretto, du brandy, de la sambuca, des liqueurs, du gin, du scotch, du whisky, de la grappa, de l’anis et qui sait quoi d’autre. Au tournant du siècle, l’entreprise avait pratiquement disparu et de nos jours, le nom « Antoniazzi » mène à des cabinets d’avocats, des sociétés de services financiers et diverses autres impasses… mais pas de courtier en spiritueux, marchand, négociant en vin ou distillateur. D’après ce que d’autres m’ont dit, la société de spiritueux s’est repliée dans les années 1980.


Couleur – Jaune paille

Force – 42%

Nez – Très léger et floral, avec des sacs de fruits blancs mûrs faciles à vivre; pas acidulé précisément, ou trop acide; plus crémeux et des nez comme un amalgame de yaourt non sucré, d’amandes, d’essence de valla et de chocolat blanc. Il y a aussi du sucre glace et un gâteau au fromage avec un peu de zeste de citron, avec un peu de vanille devenant plus puissant plus le rhum reste ouvert.

Bouche – Les notes florales et herbacées prédominent, et le rhum devient étrangement sec à la dégustation, accompagné d’une forte pointe de chaleur. Goûts principalement de vieilles oranges et de bananes qui commencent à disparaître, plus de vanille, de gâteau au fromage au citron, de yaourt, de fromage Philly et de la vague amertume lourde du beurre salé sur du pain noir trop grillé.

Finale – Agréable, savoureuse et étonnamment longue, mais pas grand-chose à part quelques légères notes de tarte au citron vert, de goyaves, de thé vert et de bananes flambées. Et, bien sûr, plus de vanille.

Réflexions – Cela commence bien, mais dans l’ensemble, il n’y a pas grand chose à vivre après quelques minutes. Tout ce qui était jamaïcain ici a disparu depuis longtemps, ne laissant que des souvenirs, car le funk est la plupart du temps absent et il a en fait les notes aromatiques fleuries légères et croquantes qui ressemblent à un agricole. Les New Jamaïcains étaient loin dans le futur quand cette chose a été faite, mais même ainsi, ce vieux n’est pas entièrement radié comme tant d’autres de l’époque.

(82/100) ⭐⭐⭐½


Autres notes

  • Coup de chapeau à Luca Gargano et Fabio Rossi, et un grand merci à Pietro Caputo – ces messieurs ont été inestimables pour fournir des informations sur l’histoire d’Antoniazzi.
  • L’hydromètre a évalué cela à 40,1 % ABV, ce qui équivaut à environ 7 à 8 g/L d’adultération. Pas grand-chose, mais il y a quelque chose.
  • Domaine de source inconnu, encore inconnu, vieillissement inconnu

« Fantaisies »

Les Rhum Fantasias ont été trouvés dans les années 1950 à 1970 comme les versions italiennes de Vershnitt ou Intérieur des rhums (domestiques) comme ceux qui étaient populaires en Allemagne dans les années 1800 et au début des années 1900 (ils existaient peut-être plus tôt, mais je n’en ai jamais trouvé). Cette classe de spiritueux reste un vendeur rapide en Europe de l’Est : Tuzemak, Casino 50º et Badel Domaçi, ainsi que les spiritueux aromatisés d’aujourd’hui, sont les héritiers modernes du style. Il s’agissait principalement d’alcool neutre – de la vodka, pour certains – auquel un certain niveau d’infusion, d’arômes ou d’épices a été ajouté pour lui donner un goût agréable. Pour le buveur moderne, ils seraient considérés comme faibles, insipides, trop aromatisés, trop sucrés et dépourvus de tout caractère de rhum. Il y a cinquante ans, lorsque la plupart des gens ne connaissaient même pas les rhums des îles françaises, la Jamaïque et la Barbade étaient la quintessence de «l’exotisme» et Bacardi régnait avec un premier rhum léger, ils étaient beaucoup plus populaires.


 

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.