Rhum hawaïen Leilani (années 1960-1970)


Revue Roumains #132 | 880

La date exacte de fabrication de ce rhum hawaïen est un peu délicate : la NZ Musée de Cantorbéry le note comme « vers » les années 1960 et il y a de vieilles publicités de magazines à vendre en ligne qui le mentionnent, datant de 1967 et après, de sorte que cela concorde parfaitement avec les enregistrements internes de Seagram datant de la date de création du rhum à 1965. Il a été réalisé à temps pour l’Exposition universelle de Montréal, également connue sous le nom d’Expo 1967, et conçu pour répondre au désir du Canada de s’éloigner de son passé britannique et d’adopter un état d’esprit plus multiculturel. Cela a été fait (ou du moins la pensée dans la suite C est probablement allée) en créant un rhum au goût plus neutre qui a chassé le passage émergent du tir distinct au long versement anonyme dans les années d’après-guerre, et en ajoutant quelque chose d’un peu exotique au portefeuille. Ils l’ont confié à l’une de leurs filiales aux États-Unis, car «exotisme» et «Canada» n’étaient guère synonymes à l’époque.

Calvert Distillers Corporation – le fabricant du disque sur l’étiquette de la bouteille mais agissant en fait davantage comme un distributeur du rhum de marque Leilani – a été fondée en août 1934 en tant que société holding pour la Calvert Distilling Company et la Maryland Distillery (qui étaient toutes deux, de bien sûr, des sociétés plus anciennes) et a été rachetée la même année par la société canadienne de spiritueux Seagram-Distillers Corporation. Calvert a été fusionné avec ses autres filiales en 1954, et Seagram’s lui-même a été vendu au coup par coup entre 2000 et 2002 à Vivendi, Pernod Ricard, Diageo et la société Coca-Cola. À ce moment-là, le Leilani avait depuis longtemps été abandonné. La plupart des annonces en ligne font désormais référence soit à des mini-bouteilles, soit à d’anciennes publicités.

Seagram’s et Calvert étaient donc les sociétés officielles impliquées dans la marque. Quelle distillerie – hawaïenne ou autre – a fabriqué le rhum Leilani est plus difficile car les distilleries qui existent actuellement sur les îles semblent toutes avoir été fondées après 1980 (et dans de nombreux cas après 2000). Bien sûr, la divulgation complète étant tellement moins répandue à l’époque, il est tout à fait possible que le rhum ait été fabriqué ailleurs et simplement marqué comme hawaïen, mais pour le moment, le jury est sur ce point.

Couleur – Jaune pâle

Force – 40% | 80 Preuve

Nez – Sharp, vif, léger et clair. Des notes citronnées de zeste et de 7-Up, de mangues, de fraises non mûres, d’ananas et de vanille, et c’est le bon côté. Il y a aussi des arômes moins désirables d’essence (!!), d’oignons verts et (obtenez ceci) un steak indifféremment épicé avec du sel et du poivre noir et entassé avec du beurre fondu et des pois verts.

Bouche – Tarte au citron meringuée, un peu de salinité, de vanille, de poires, de pois, de vagues jus de fruits et des notes plus minérales et fumées d’une sorte de bois carbonisé. C’est un peu sucré et peut être assez bien mélangé, mais personne ne penserait jamais qu’il s’agit d’un rhum à siroter.

Finale – Légère, facile, calme un peu, principalement des poires, du zeste de citron, des pastilles contre la toux Fisherman’s Friend et de la vanille. Je suis surpris d’en avoir autant.

Réflexions – Le rhum était, bien sûr, fait pour les cocktails, pas pour n’importe quel type de sirotage. Pourtant, pour un rhum léger mis en bouteille il y a un demi-siècle et fait pour chasser un mélange (et oh oui, pour affronter Bacardi), il résiste étonnamment bien, et je l’ai plutôt aimé. Il est très léger et vaporeux, donc c’était probablement la bonne décision de l’avoir dans le cadre de ma première dégustation de la journée, avant de passer à quelque chose de plus fort. J’aimerais vraiment en savoir plus sur sa production, car il me rappelle en fait un rhum à jus de canne, un agricole, et il serait intéressant de savoir s’il l’était ou non, de quoi il provenait encore et s’il était vieilli.

(76/100) ⭐⭐½

Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *